Aller au contenu principal

[Chambres d’agriculture] « On ne peut pas nous couper les ailes » : coup de gueule de Sébastien Windsor

Le président des Chambres d’agriculture s’est ému jeudi 30 septembre de ne pouvoir obtenir du gouvernement l’assurance d’une stabilité financière sur trois ans. Et ce, en dépit des efforts de modernisation du réseau consulaire.

Sébastien Windsor, président des Chambres d'agriculture
Sébastien Windsor, président des Chambres d'agriculture, regrette que le Premier ministre ne donne pas son accord pour une stabilité budgétaire sur trois ans.
© APCA

« On nous demande de nous moderniser. On s’engage et on commence déjà à se monitorer. On a besoin de signer ce COP (Contrat d’objectif performance, ndlr) avant la fin de l’année. Mais on ne peut pas le faire sans trajectoire budgétaire. C’est très décevant ça va nous couper les ailes ». Ainsi s’est exprimé Sébastien Windsor, président des Chambres d’agriculture, le 30 septembre devant la presse. Si le réseau consulaire se dit en accord avec le ministère de l’agriculture sur les objectifs fixés à 2025, il regrette que le Premier ministre ne donne pas son accord pour une stabilité budgétaire sur trois ans. « Nous avions demandé une hausse de 2% du budget des chambres en 2022 et de 2% l’année suivante avec une stabilité la troisième année, pour répondre à nos nouvelles missions. On a accepté un budget stable en 2022 (dans le PLF 2022, ndlr)… mais quid de l’exercice suivant ? », déclare-t-il.

Une déception d’autant plus forte aux yeux du président des Chambres d’agriculture que les efforts engagés depuis 10 ans par le réseau consulaire sont conséquents. Et Sébastien Windsor de se lancer dans une énumération : « il y a dix ans on a récupéré l’installation et l’ensemble du personnel de l’Adasea, avec des financements qui se sont éteints en 3 ans ; on a accompagné les crise (Covid, on faisait les préinscriptions des dossiers dans les dispositifs de l’Etat, Lubrizol, crises sanitaires…) ; le plan de relance (60 ETP mobilisés pour ça), on a accompagné la réforme de la Pac, on se prépare sur le conseil stratégique des phytosanitaires (90 ETP mobilisés)… ». « On a fait un vrai effort pour mieux accompagner les agriculteurs. On n’a pas attendu l’Etat pour s’améliorer. Avec le conseil stratégique sur les phytos, nous voulons embaucher une centaine de personnes en plus demain », poursuit le président des Chambres d’agriculture.

On a un mal de chien à recruter

Mais là aussi, l’organisation s’agace. La réforme du statut des salariés des chambres d’agriculture (au nombre de 8000), qui date de 1952 et manque d’attractivité, se fait attendre.

Le gouvernement a jusqu’à juin 2022 pour publier une ordonnance en ce sens, prévue par la loi Asap (loi d’accélération et simplification de l’action publique). « Or les organisations syndicales et nous-mêmes sommes déjà prêts à travailler » selon Christophe Hillairet, secrétaire général des Chambres d’agriculture. « Les salariés sont plutôt preneurs », assure Sébastien Windsor. « On a un mal de chien à recruter, car notre cadre n’est pas très sexy pour les jeunes » poursuit-il. Christophe Hillairet explique : « on a besoin d’objectiver nos collaborateurs et de proposer des primes sur objectifs, aujourd’hui le statut ne le permet pas. Autre exemple, notre statut ne prévoit pas la mobilité, c’est complètement aberrant ».

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Betteraves
Cristal Union recherche 7000 hectares de betteraves pour saturer ses usines
Le groupe coopératif sucrier cherche des surfaces supplémentaires pour améliorer le fonctionnement de ses usines de Sainte-Emilie…
Publicité