Aller au contenu principal

[Cannabidiol] Nouvelle pièce au dossier de la commercialisation du CBD en France

En cassant un jugement rendu par la Cour d’appel de Grenoble, la Cour de cassation a suivi l’avis de la Cour de justice européenne sur la commercialisation de cannabidiol (CBD). Une décision que le gouvernement devra prendre en compte dans son projet de réglementation du marché du cannabidiol en France.

© Chemist 4 U / flickr

La commercialisation du cannabidiol (CBD) en France a agité les médias ces dernières semaines. Ce 23 juin, l'arrêt de la Cour de cassation a apporté une nouvelle pièce au dossier. L'instance juridique examinait un recours à un jugement prononcé le 22 juin 2020 par la Cour d’appel de Grenoble qui avait reconnu le gérant de l’établissement « Foxseeds » coupable de « délit de complicité de détention, d’offre ou cession et d’acquisition non autorisée de produits stupéfiants ». S’alignant sur le jugement rendu en novembre 2021 par la Cour de justice européenne, la Cour de cassation a estimé que les autorités françaises ne peuvent pas s’opposer à la commercialisation de produits CBD légalement produits dans un autre Etat membre. La décision concerne l’ensemble des produits. Elle ouvrirait donc la voie à la commercialisation de la fleur brute pour laquelle un désaccord existe entre les différents acteurs du secteur du chanvre.

Rappelons qu’une perspective d’évolution réglementaire a récemment animé la filière. Le 25 mai 2021, les services du Premier ministre ont annoncé que la France allait bientôt autoriser l’utilisation des extraits de chanvre, en particulier du CBD, dans les produits finis. La nouvelle réglementation, en clarifiant le statut non stupéfiant du CBD, prévoit l’autorisation de la culture, l'exportation et l'utilisation industrielle du chanvre, étendue à toutes les parties de la plante, mettant ainsi fin à la limitation de la valorisation des seules fibres et graines. En revanche, dans ce projet réglementaire, l’utilisation commerciale de la fleur et des feuilles demeure interdite, la raison invoquée étant d’éviter la confusion avec les produits stupéfiants.

Dans un communiqué du 23 juin, le Syndicat du chanvre se félicite de « cette nouvelle décision positive » prise par la Cour de cassation. Ce jugement « sonne aujourd’hui comme un nouveau camouflet pour le gouvernement, » estime le syndicat. Et d’ajouter : « Dans ce contexte, il n’apparaît plus tenable pour le gouvernement de maintenir ses positions dogmatiques en la matière ».

Lire aussi :

« Ouverture prochaine du marché français du cannabidiol et autres extraits de chanvre »,

« Projet de décret sur le cannabidiol – " On rate le coche d’une filière encadrée et sécurisée " selon le syndicat du chanvre »,

« Cannabidiol : l’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre répond au syndicat du chanvre »,

[Cannabidiol] Naissance de l'union des professionnels du CBD.

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité