Aller au contenu principal

Le Sommet de l'Elevage bat son plein

Sécheresse et spectre de la décapitalisation, prix en berne, accords de libre-échange, agri-bashing, … les préoccupations ne manquent pas pour cette 28ème édition du Sommet de l’Elevage. Les éleveurs s'informent et partagent dans les allées du salon.

En visite le mercredi 2 octobre pour l'ouverture du salon, le ministre Didier Guillaume a annoncé des avances sur les aides de calamités agricoles qui seront versées «d'ici le 16 octobre» dans le Puy-de-Dôme et l'Allier. "Accorder de telles avances avant que les comités ne se réunissent est une décision «assez rare», a souligné le ministre de l'Agriculture, mais «l'heure est grave». Ces deux départements sont «les plus touchés par la sécheresse», a expliqué le cabinet du ministre à notre confrère Agra Presse. Les taux d'avance seront de 30%. Didier Guillaume évoque aussi le "travail collectif" en construction pour avancer sur les retenues d'eau.

 

Pour le secteur spécifique de la viande bovine, les chantiers du ministère concernent la progression de l'exportation vers la Chine, et la pénétration du marché de la restauration hors domicile. Devant le Sénat, Didier Guillaume avait annoncé auparavant sa volonté de lancer un « grand travail sur l’étiquetage ».

 

Pour l'heure, la FNSEA a annoncé avoir obtenu la gratuité des péages pour les transports collectifs de fourrages.

 

Jeudi 4 octobre, après une heure trente d'un débat animé sur le CETA organisé par Interbev avec des députés, deux d'entre eux ayant voté la ratification du traité ont été chassés par des manifestants de la FNSEA, JA et FNB. Il s'agit de Roland Lescure, député représentant les Français établis au Canada et aux Etats-Unis, Président de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée Nationale (LREM), et de Jean-Baptiste Moreau.

 

 

Suivez en direct ou regardez en différé les concours du ring bovins viande

 

 

La visite du Président de la République vendredi en fin de matinée a été ajoutée à l'agenda. Celui-ci se rendant en effet à Clermont-Ferrand à l'occasion des 100 ans du journal régional La Montagne. Emmanuel Macron a apporté "un message d'amitié.". "La situation est difficile, je serai à vos côtés aujourd'hui et demain" a t'il déclaré alors qu'un hommage était rendu à Jacques Chirac dans le ring bovins viande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
Ces bœufs âgés de 20 mois ont été hivernés en plein air avec une ration essentiellement pâturée et seront mis à l’engrais en cours d’été pour être abattus à partir de décembre.  © F. d'Alteroche
« L’herbe est pâturée le plus longtemps possible »
Avec 57 vêlages par an et la finition en bœufs de 30 mois de tous ses mâles, Jean-Pierre Bousseau mise d’abord sur le pâturage…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande