Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Nicolas Verdier, éleveur de ferrandaises : « Valoriser une race locale »

Nicolas Verdier, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, Bourg-Lastic, Puy-de-Dôme © C. Delisle
Nicolas Verdier, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, Bourg-Lastic, Puy-de-Dôme
© C. Delisle

« Quand j’ai repris l’exploitation familiale, mon père possédait quelques Ferrandaises et des moutons. Je me suis installé en 2000, mon frère, Samuel en 2003. Nous avons stoppé la production ovine pour élever des Limousines et augmenter le troupeau ferrandais. Aujourd’hui, on élève 50 mères, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, conduites en agriculture biologique, sur 125 hectares d’herbe dont un hectare de méteil. L’objectif est de passer à 25-25 dans chaque race. On possède deux taureaux ferrandais pour le renouvellement. Les génisses sont inséminées.
Nos animaux sont valorisés en vente directe. Les mâles en veaux de lait, les femelles en génisses de 3 ans. Une partie des veaux et vaches est commercialisée dans une boucherie bio, sur Bordeaux. Le retour des bouchers est positif. Les veaux sont abattus entre 4 et 4,5 mois, entre 100 et 130 kilos carcasse avec une note d’état d’engraissement entre 2 et 3.

En vente directe, on passe une génisse par mois, 4 Ferrandaises, 8 Limousines. J’ai une formation de boucher. Aussi, je récupère les demi-carcasses que je découpe en quartiers à l’abattoir, avant de les ramener dans notre laboratoire pour les mettre en caissettes. Les clients privilégient le local et sont attentifs au logo AB. Les génisses pèsent entre 350 et 400 kilos carcasse. Pour un veau bien valorisé, j’obtiens entre 1 000 et 1 300 euros la tête. Pour une génisse, 2 400 à 2 500 euros hors taxes. La finition des femelles dure quatre à cinq mois. Je leur distribue un aliment bio du commerce, un kilo matin et soir avec du foin et de l’enrubannage de méteil. Les mères sont à l’herbe et au foin.

La Ferrandaise est une vache avec peu d’os. Elle offre donc un rendement intéressant quasi identique à celui de la Limousine. Quand elle est bien finie, elle dispose d’un bon arrière. Sa mixité est intéressante pour la production de veaux de lait. Je recherche des souches laitières. »

http://www.associationlaferrandaise.com
La Ferrandaise est originaire de la chaîne des Puys, dans le Puy-de-Dôme. Elle a conservé sa mixité et est utilisée aussi bien comme vache laitière que vache allaitante. On compte aujourd’hui 2 700 femelles de plus de deux ans pour 380 éleveurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande