Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Nicolas Verdier, éleveur de ferrandaises : « Valoriser une race locale »

Nicolas Verdier, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, Bourg-Lastic, Puy-de-Dôme © C. Delisle
Nicolas Verdier, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, Bourg-Lastic, Puy-de-Dôme
© C. Delisle

« Quand j’ai repris l’exploitation familiale, mon père possédait quelques Ferrandaises et des moutons. Je me suis installé en 2000, mon frère, Samuel en 2003. Nous avons stoppé la production ovine pour élever des Limousines et augmenter le troupeau ferrandais. Aujourd’hui, on élève 50 mères, 30 Limousines et 20 Ferrandaises, conduites en agriculture biologique, sur 125 hectares d’herbe dont un hectare de méteil. L’objectif est de passer à 25-25 dans chaque race. On possède deux taureaux ferrandais pour le renouvellement. Les génisses sont inséminées.
Nos animaux sont valorisés en vente directe. Les mâles en veaux de lait, les femelles en génisses de 3 ans. Une partie des veaux et vaches est commercialisée dans une boucherie bio, sur Bordeaux. Le retour des bouchers est positif. Les veaux sont abattus entre 4 et 4,5 mois, entre 100 et 130 kilos carcasse avec une note d’état d’engraissement entre 2 et 3.

En vente directe, on passe une génisse par mois, 4 Ferrandaises, 8 Limousines. J’ai une formation de boucher. Aussi, je récupère les demi-carcasses que je découpe en quartiers à l’abattoir, avant de les ramener dans notre laboratoire pour les mettre en caissettes. Les clients privilégient le local et sont attentifs au logo AB. Les génisses pèsent entre 350 et 400 kilos carcasse. Pour un veau bien valorisé, j’obtiens entre 1 000 et 1 300 euros la tête. Pour une génisse, 2 400 à 2 500 euros hors taxes. La finition des femelles dure quatre à cinq mois. Je leur distribue un aliment bio du commerce, un kilo matin et soir avec du foin et de l’enrubannage de méteil. Les mères sont à l’herbe et au foin.

La Ferrandaise est une vache avec peu d’os. Elle offre donc un rendement intéressant quasi identique à celui de la Limousine. Quand elle est bien finie, elle dispose d’un bon arrière. Sa mixité est intéressante pour la production de veaux de lait. Je recherche des souches laitières. »

http://www.associationlaferrandaise.com
La Ferrandaise est originaire de la chaîne des Puys, dans le Puy-de-Dôme. Elle a conservé sa mixité et est utilisée aussi bien comme vache laitière que vache allaitante. On compte aujourd’hui 2 700 femelles de plus de deux ans pour 380 éleveurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

165 cueilleurs à maïs
Machinisme
Les distances entre rangs les plus communes sont de 75 et 80 centimètres. Certains constructeurs étoffent leur gamme en proposant…
Vignette
Panam semences : la gamme RH optimum

Le semencier propose une nouvelle gamme composée de cinq associations de variétés : des variétés riches…

Vignette
Chez Jean-Pierre et Nicolas Garcia, priorité aux broutards vaccinés chez le naisseur
Dans l’atelier de Jean-Pierre et Nicolas Garcia aux portes de Châteauroux, une partie des broutards sont vaccinés en amont chez…
Vignette
Les bouchers donnent priorité aux femelles allaitantes

Il y a en France environ 18 000 boucheries artisanales, si on s’en tient aux…

Vignette
Mieux utiliser la viande du cheptel laitier
La viande « laitière » assure une part conséquente de la consommation française de viande bovine. Elle trouverait d’autant mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande