Aller au contenu principal

« Une vidéo sur les viandes label rouge »

Une vidéo destinée à mettre en avant la viande label rouge a été tournée cet été au Gaec Cayrel-Bourgade à Trélans en Lozère. Marie Cayrel-Bourgade explique comment s'est passé ce tournage.

Marie Cayrel-Bourgade et ses trois filles, Louise, Adèle, et Elise, éleveuse à Trélans en Lozère  © DR
Marie Cayrel-Bourgade et ses trois filles, Louise, Adèle, et Elise, éleveuse à Trélans en Lozère
© DR

«Nous avons été contactés en juin par l'association Bœuf Fermier Aubrac pour participer à cette vidéo dans le but de promouvoir la viande label rouge. L'idée nous a plu, d'autant plus qu'elle allait se dérouler sur nos terres et dans notre élevage. Trois autres vidéos similaires ont été réalisées dans d’autres élevages du Cantal, de Vendée et de Haute-Vienne. Tournées avec la participation de la journaliste gastronomique et chroniqueuse culinaire Emmanuelle Jarry, elles sont diffusées sur les réseaux sociaux, visibles sur sur le site la-viande.fr. et auraient dues être mises en avant dans le cadre du Salon de l’Agriculture.

Le siège de notre exploitation se situe sur la commune de Trélans en Lozère à 1230 mètres d’altitude sur le versant sud du plateau de l’Aubrac. Nous réalisons une moyenne de 90 vêlages/an avec 30% de croisement et finition de la plupart des femelles : les Aubrac pour le label rouge Bœuf Fermier Aubrac et les génisses croisées pour l’IGP Fleur d’Aubrac. Les images ont été tournées en deux temps. L’équipe de production est d’abord venue début juillet pour nous rencontrer, faire un premier repérage des lieux et filmer des images « d’ambiance ». Ils voulaient de beaux paysages et des scènes de notre travail de tous les jours. Idéalement ils auraient aimé avoir du foin en train d’être bottelé mais nous n’avions rien de prêt ce jour-là. On leur a proposé de filmer le lot de femelles à l’engrais dans la stabulation. Initialement réticents, ils ont finalement trouvé ça bien mais le plan a du être refait à quatre reprises. Je trouvais le temps long ! On leur a ensuite proposé un changement de parcelles pour un lot. Le rendu est bon, avec une belle lumière. Cette première visite avait aussi pour objectif de repérer les lieux pour la seconde journée de tournage qui a eu lieu début septembre.

 

 

Pour le repas, l’équipe de production voulait une belle tablée avec une dizaine de convives dans un joli cadre avec une très belle vue. On a tout de suite pensé au buron familial situé un peu au-dessus de nos bâtiments d’exploitation. Un cadre idéal pour une grillade entre amis par une belle journée d’été. Il correspond surtout très bien à l’image de notre région. Le plat de résistance devait être une côte de bœuf avec forcément, zone Aubrac oblige, de l’aligot en accompagnement. Pour la petite histoire heureusement que deux côtes avaient été prévues car la première était trop cuite !

On avait mis un lot de vaches dans une parcelle proche. J’ai eu peur que le bruit des cloches ne vienne parasiter la discussion. Dans la mesure où cette vidéo est pour la campagne sur le bœuf label rouge, la consigne était de parler de la seule viande Label Rouge et non du Bœuf Fermier Aubrac. L’objectif était de parler de la qualité de nos animaux et de la « qualité gustative supérieure » de la viande. Alex, notre boucher a bien su l’expliquer. On avait souhaité qu’il y ait nos trois filles à table. Mais on est tombé sur une journée un fraîche le jour du nos tournage et avec un repas un peu long elles sont toutes les trois parties chez mes parents.  Au final, c’est une belle expérience. L’équipe de réalisation était très sympathique et a su nous mettre à l’aise. Nous avons eu la possibilité d’utiliser la vidéo en l’incrustant sur notre site destiné à mettre en avant notre complément d’activité lié au tourisme rural. En trois minutes, cela donne une belle image de notre élevage et de notre région. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande