Aller au contenu principal

Une offre et une consommation de viande bovine dynamique au Royaume-Uni

Depuis le déconfinement, avec un secteur de la RHD porté par des aides gouvernementales et des achats des ménages dynamiques, les cours des bovins britanniques se stabilisent à des niveaux élevés

Royaume-Uni campagne soutien restauration

« La consommation de viande bovine au Royaume-Uni a été chamboulée par la Covid-19 comme ailleurs en Europe. Depuis le déconfinement, les achats des ménages ont été portés notamment par les achats de burgers, de viande hachée pur bœuf et de steaks » explique l’Institut de l’Elevage dans sa note mensuelle de conjoncture Tendances.

D’après AHDB (Agriculture and Horticulture Development Board), la génisse R était fin août 21 % au-dessus de son niveau de 2019 à 4,11 euro/kgéC  et le bœuf R 15 % au-dessus à 4.20 euro/kgéC. La vache O pour sa part se situait fin aoùut à 3,18 euro/kgéC.

Le gouvernement britannique a lancé un programme de soutien au secteur de la RHD appelé « eat out to help out scheme » (manger au restaurant pour aider) sur le mois d’août 2020. Il offrait une réduction de 50 % dans les restaurants participants (jusqu’à un maximum de 10 livres par personne) les lundis, mardis et mercredis.

Les abattages de gros bovins ont progressé sur le mois d’août de 5 % par rapport à 2019 au Royaume-Uni (et de 11 % par rapport à 2018), mais le poids moyen de carcasse est en baisse en lien avec la vague de chaleur de la mi-août.  

Le retour des viandes irlandaises en juin sur le marché n’a pas fait baisser les prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Les facteurs de risque d’apparition de l’omphalite sont probablement très nombreux et varient d’un élevage à l’autre. © V. Herry
La prévention des omphalites est complexe

On manque sérieusement de données scientifiques sur les facteurs favorisant l’infection du nombril des…

Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande