Aller au contenu principal

Un retour au calme peu probable en 2016 sur le marché turc

Marché extrêmement politique, la Turquie a cependant permis de tenir les prix du maigre l’an dernier. Quelles sont les perspectives pour la prochaine campagne ?

En 2015, 80 500 broutards nés en France ont été vendus pour la Turquie. Sans la réouverture de ce marché d’ici l’automne pour les animaux vaccinés contre la FCO, une baisse des prix du broutard est possible. « Sur la Turquie nous avons à notre échelle tout essayé. Désormais, ce n’est plus un problème technique ou sanitaire, c’est un problème politique. Avec ce pays, les discussions relatives aux échanges commerciaux font l’objet de chantages, lesquels relèvent désormais du Président de la République, de la Chancelière Allemande et du Président de la Commission européenne » expliquait Jean-Pierre Fleury, président de la FNB début juin. Étant donné justement l’importance des évènements politiques qui se déroulent dans cette zone géographique actuellement, il est fort possible que le broutard français ne constitue pas un dossier prioritaire. Il semblerait d’autre part que la filière uruguayenne du broutard bénéficie d’un lobbying efficace par rapport à la filière européenne.

Une réforme du système d’appels d’offres

Une certaine pénurie en viande bovine se fait cependant sentir dans le pays actuellement. « Au total 150 000 broutards ont été importés en Turquie en 2015 alors que de 200 000 à 500 000 selon les sources seraient nécessaires pour couvrir les besoins » explique Germain Milet de l’Institut de l’Elevage. « Les pouvoirs publics poursuivent une gestion à vue du marché de la viande bovine. Les appels d’offres pour de la viande bovine qui sont lancés portent sur des volumes très faibles (10 000 téc) par rapport aux besoins colossaux. » Une réforme des appels d’offres a d’ailleurs été entreprise. L’ESK, office turc du lait et de la viande et compagnie d’état, serait désormais seul à pouvoir importer des bovins vivants à droits de douane réduits (droits à 15 %) quand les importateurs privés paieraient des droits de 60 %. Ceci pourrait apporter de la fluidité au fonctionnement des importations, mais aussi casser la concurrence entre opérateurs et empêcher les prix de monter. La mise en place de ce nouveau système d’appel d’offres demeure malgré tout floue en ce début d’été. Et les opérateurs hésitent fortement à mettre des animaux en quarantaine en prévision d’une éventuelle prochaine réouverture aux animaux vaccinés contre la FCO.

Des effets sur la filière bovine française

Outre son effet sur le prix du broutard, la santé du débouché turc a d’autres conséquences sur la filière bovine française. « Le marché turc fonctionne de façon indépendante à la demande en jeunes bovins finis de l’Europe du Sud. Ceci a eu pour conséquence inédite en 2015 de supprimer la corrélation en France entre prix du maigre et prix du jeune bovin fini » explique Olivier Paillon, directeur de Bovineo. D’autre part, la fermeture du marché turc au bassin allaitant pour cause de FCO fait des éleveurs de l’Ouest des vendeurs potentiels de broutards. Même s’il est impossible de prévoir l’évolution du zonage FCO.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande