Aller au contenu principal

Un retour au calme peu probable en 2016 sur le marché turc

Marché extrêmement politique, la Turquie a cependant permis de tenir les prix du maigre l’an dernier. Quelles sont les perspectives pour la prochaine campagne ?

En 2015, 80 500 broutards nés en France ont été vendus pour la Turquie. Sans la réouverture de ce marché d’ici l’automne pour les animaux vaccinés contre la FCO, une baisse des prix du broutard est possible. « Sur la Turquie nous avons à notre échelle tout essayé. Désormais, ce n’est plus un problème technique ou sanitaire, c’est un problème politique. Avec ce pays, les discussions relatives aux échanges commerciaux font l’objet de chantages, lesquels relèvent désormais du Président de la République, de la Chancelière Allemande et du Président de la Commission européenne » expliquait Jean-Pierre Fleury, président de la FNB début juin. Étant donné justement l’importance des évènements politiques qui se déroulent dans cette zone géographique actuellement, il est fort possible que le broutard français ne constitue pas un dossier prioritaire. Il semblerait d’autre part que la filière uruguayenne du broutard bénéficie d’un lobbying efficace par rapport à la filière européenne.

Une réforme du système d’appels d’offres

Une certaine pénurie en viande bovine se fait cependant sentir dans le pays actuellement. « Au total 150 000 broutards ont été importés en Turquie en 2015 alors que de 200 000 à 500 000 selon les sources seraient nécessaires pour couvrir les besoins » explique Germain Milet de l’Institut de l’Elevage. « Les pouvoirs publics poursuivent une gestion à vue du marché de la viande bovine. Les appels d’offres pour de la viande bovine qui sont lancés portent sur des volumes très faibles (10 000 téc) par rapport aux besoins colossaux. » Une réforme des appels d’offres a d’ailleurs été entreprise. L’ESK, office turc du lait et de la viande et compagnie d’état, serait désormais seul à pouvoir importer des bovins vivants à droits de douane réduits (droits à 15 %) quand les importateurs privés paieraient des droits de 60 %. Ceci pourrait apporter de la fluidité au fonctionnement des importations, mais aussi casser la concurrence entre opérateurs et empêcher les prix de monter. La mise en place de ce nouveau système d’appel d’offres demeure malgré tout floue en ce début d’été. Et les opérateurs hésitent fortement à mettre des animaux en quarantaine en prévision d’une éventuelle prochaine réouverture aux animaux vaccinés contre la FCO.

Des effets sur la filière bovine française

Outre son effet sur le prix du broutard, la santé du débouché turc a d’autres conséquences sur la filière bovine française. « Le marché turc fonctionne de façon indépendante à la demande en jeunes bovins finis de l’Europe du Sud. Ceci a eu pour conséquence inédite en 2015 de supprimer la corrélation en France entre prix du maigre et prix du jeune bovin fini » explique Olivier Paillon, directeur de Bovineo. D’autre part, la fermeture du marché turc au bassin allaitant pour cause de FCO fait des éleveurs de l’Ouest des vendeurs potentiels de broutards. Même s’il est impossible de prévoir l’évolution du zonage FCO.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
La Loi de santé animale modifie la prophylaxie IBR
Dès cet automne, la prophylaxie IBR s’allège pour les élevages qualifiés, mais accroit sa pression sur ceux qui ne sont entrés…
Les vaches fraîches vêlées sont plus faciles à traire juste après la mise bas lorsque leur principale préoccupation est de s’occuper des veaux nouveau-nés.
« Je drenche les veaux avec le colostrum juste après vêlage »
Sébastien Labrune est convaincu de l’intérêt d’une bonne gestion du colostrum. Le suivi colostral au niveau du troupeau va lui…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande