Aller au contenu principal

Un marché européen de la viande bovine très disparate à l’heure du déconfinement

L’Institut de l’élevage a fait le point sur les marchés européens des viandes bovines en temps de déconfinement, lors de son webinaire mensuel le 11 juin dernier sur les tendances de la filière.

Les effets du déconfinement n’ont pas les mêmes impacts selon les filières viandes bovines des différents pays européens.
© Idele

Avec le confinement, le prix de la vache O a chuté partout en Europe du fait de la fermeture de la restauration hors domicile et des frontières. Depuis, on observe un rebond des prix des vaches au niveau européen, d’abord au Royaume-Uni puis en Irlande, grâce à la réouverture des fast food.

 

En Italie, le prix du jeune bovin suit sa courbe saisonnière (baisse) et ce, malgré la hausse des achats des ménages qui ont privilégié le JB italien. Depuis quelques semaines, on observe un retard dans les sorties avec des effectifs de bovins mâles de 1 à 2 ans dans les ateliers italiens, fin mai.

 

En Allemagne, le secteur de la viande bovine a été fortement impacté par le Covid-19. « Avec un premier lieu, un nombre de personnes touchées par le coronavirus dans les abattoirs et ensuite les conséquences de la fermeture des restaurants. De ce fait, la cotation du JB R avait fortement chuté. Depuis le déconfinement, le retour progressif de la restauration participe à fluidifier le marché. La demande des abattoirs en bovins est désormais plus ferme. Mais les abattages de vaches marquent encore un retrait. L’ensemble des cours se redresse mais reste à des niveaux bas par rapport aux années précédentes », souligne Philippe Chotteau, responsable du département Economie de l'Institut de l'Elevage.

 

En Pologne, le pays européen de loin le plus touché car il exporte en temps normal 85 % de sa production, principalement vers la RHD européenne. Les cours (JB O, vache O, génisse R) se sont effondrés. Depuis, ils ont timidement repris. Les abattages sont toujours au ralenti.

 

En Irlande, les cours des principales catégories sont en hausse, notamment avec la réouverture des fast food. Les abattages restent tout de même très en retrait pour tous les types d’animaux. Cependant, le printemps irlandais est plutôt favorable ce qui permet un stockage des bêtes en pâtures. Les exports sont en baisse et ce, même avant le Covid, notamment vers le Royaume-Uni, du fait du Brexit. Par ailleurs, la Chine a récemment fermé ses frontières en raison d’un cas ESB atypique.

 

Au Royaume-Uni, après une chute, les cours ont rapidement repris. Les abattages et les cours sont en hausse en semaine 22 grâce à une consommation dynamique au détail et à la réouverture progressive de la RHD. De plus, le pays limite ses imports, notamment en provenance d’Irlande et exporte davantage, notamment vers les Pays-Bas et les pays tiers. Le marché du Royaume-Uni se porte ainsi plutôt bien.

 

L’Espagne a, quant à, elle subit une très forte baisse du prix de ses jeunes bovins avec un report très incomplet de la consommation en RHD, très dominante dans le pays, vers la consommation à domicile. Les prix restent ainsi bas. Par ailleurs, malgré la fin du Ramadan, l’export de bovins finis vers le bassin méditerranéen se maintient, de même que l’export de carcasses vers l’Algérie.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande