Aller au contenu principal

Un index génomique sur la durée de gestation chez Gènes Diffusion

A l’automne 2021, l’organisme de sélection Gènes Diffusion diffusera un nouvel index génomique GDScan sur la durée de gestation. Il se révèle intéressant pour affiner les choix d’accouplement, en balance avec les facilités de naissance.

vaches charolaises au pré
© S.Bourgeois

Cet index est construit à partir des données du programme Valoris 38, qui a porté sur plus de 5000 vêlages par an pendant cinq ans, et à partir des données d’IA des élevages rattachés à son organisme de sélection dont dispose Gènes Diffusion - date d’IA et date de vêlage étant connues.

« Au total, les durées de 154 000 gestations de charolaises ont été analysées par les chercheurs de Gènes Diffusion » a expliqué Mathieu Bobineau, technicien génétique Apis Diffusion lors d’une porte-ouverte à la ferme expérimentale des Etablières (Vendée). Seulement les gestations « normales », d’une durée comprise au sein d'une fourchette donnée, ont été étudiées pour écarter les avortements ou les gestations anormalement longues.

Ces données ont permis d’établir un nouvel index génomique, qui sera publié en octobre 2021 pour tous les taureaux d’IA et sera également disponible pour toutes les femelles génotypées GDScan.

Il s’appelle durée de gestation DGest, et se formule, comme les autres index génomiques GDscan, par une note allant de 0 à 10. La note 0 correspond à une durée moyenne de gestation « très longue » de 293,5 jours, et la note 10 à une durée moyenne de gestation « très courte » de 281,5 jours.

Lire aussi : Single Step, la méthode d’indexation des bovins la plus aboutie

Cet index prend en compte l’effet du sexe du veau, du rang de vêlage, de la combinaison troupeau/année/saison, ainsi qu’un effet direct du veau et un effet maternel. « L’héritabilité est très bonne. Elle est de 0,6» informe Mathieu Bobineau. « De bons niveaux de CD sont aussi obtenus ».

Un argument pour affiner les choix d’accouplement

Pour les éleveurs, cet index apporte une information intéressante pour affiner les choix d’accouplement. « C’est à mettre en balance avec l’index FNAIS » explique Mathieu Bobineau. « Par  exemple Mimosa, qui a un très bon index FNAIS, a également un excellent DGest à 9,3. Ceci correspond bien aux remontées du terrain selon lesquelles ses veaux naissent en moyenne sept jours avant terme. Ces deux index allant dans le même sens, c’est un argument supplémentaire pour dire que ce taureau s’utilise bien sur génisses pour un vêlage à trois ans ou trente mois. »

Lire aussi : De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant

Dans l’autre sens, prenons l’exemple d’un taureau qui est à 105 en FNAIS. On considère en général qu’il est possible de l’utiliser sur génisses pour un vêlage à trois ans. Mais si ce taureau révèle un DGest inférieur à 5, cela incitera à le réserver plutôt pour des primipares, voire juste pour des vaches.

« Cet index permet aussi de « faire du correctif » » complète Sébastien Landemaine, responsable génétique races allaitantes chez Gènes Diffusion. « Un éleveur pourra pour ceci utiliser des taureaux bons en Dgest sur des souches à longue gestation, afin de ne pas cumuler sur ces gestations non souhaitables. »

Un indicateur supplémentaire de la facilité de naissance

C'est aussi un index très utile pour la sélection des animaux candidats à la diffusion. « DGest est un indicateur supplémentaire favorable aux facilités de naissance » précise Sébastien Landemaine. « Un jeune mâle candidat à l'achat et à la diffusion, qui serait neutre en facilités de naissance mais disposerait d'une indexation favorable en DGest aura davantage de chance de basculer dans la catégorie "utilisable sur génisses" qu'un taureau ayant un index DGest inférieur à 5. » Le spécialiste constate d’ailleurs que cet index est particulièrement apprécié et utilisé par les étrangers, qui le prennent comme le meilleur indicateur de la facilité de naissance.

Lire aussi : Des données sur la durée de gestation en race Limousine

Lire aussi : Gènes Diffusion : « 2020 a été une belle année et offre des perspectives prometteuses. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Le cheptel allaitant poursuit son recul sur les premiers mois de 2022
Au 1er avril 2022, le cheptel de vaches allaitantes était en recul de 2.9 % par rapport à la même date en 2021.
Anticiper un recul des disponibilités en paille en réalisant dès à présent un stock de plaquettes
Le bois plaquette a fait ses preuves pour confectionner la litière dans les élevages cultivant peu de céréales mais disposant de…
Contrôle par vidéo en abattoir : un bilan positif de l'expérimentation
Après deux ans d’expérimentation, les cinq abattoirs qui ont testé la vidéo dressent un bilan positif. Si sa mise en œuvre est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande