Aller au contenu principal

Un index génomique sur la durée de gestation chez Gènes Diffusion

A l’automne 2021, l’organisme de sélection Gènes Diffusion diffusera un nouvel index génomique GDScan sur la durée de gestation. Il se révèle intéressant pour affiner les choix d’accouplement, en balance avec les facilités de naissance.

vaches charolaises au pré
© S.Bourgeois

Cet index est construit à partir des données du programme Valoris 38, qui a porté sur plus de 5000 vêlages par an pendant cinq ans, et à partir des données d’IA des élevages rattachés à son organisme de sélection dont dispose Gènes Diffusion - date d’IA et date de vêlage étant connues.

« Au total, les durées de 154 000 gestations de charolaises ont été analysées par les chercheurs de Gènes Diffusion » a expliqué Mathieu Bobineau, technicien génétique Apis Diffusion lors d’une porte-ouverte à la ferme expérimentale des Etablières (Vendée). Seulement les gestations « normales », d’une durée comprise au sein d'une fourchette donnée, ont été étudiées pour écarter les avortements ou les gestations anormalement longues.

Ces données ont permis d’établir un nouvel index génomique, qui sera publié en octobre 2021 pour tous les taureaux d’IA et sera également disponible pour toutes les femelles génotypées GDScan.

Il s’appelle durée de gestation DGest, et se formule, comme les autres index génomiques GDscan, par une note allant de 0 à 10. La note 0 correspond à une durée moyenne de gestation « très longue » de 293,5 jours, et la note 10 à une durée moyenne de gestation « très courte » de 281,5 jours.

Lire aussi : Single Step, la méthode d’indexation des bovins la plus aboutie

Cet index prend en compte l’effet du sexe du veau, du rang de vêlage, de la combinaison troupeau/année/saison, ainsi qu’un effet direct du veau et un effet maternel. « L’héritabilité est très bonne. Elle est de 0,6» informe Mathieu Bobineau. « De bons niveaux de CD sont aussi obtenus ».

Un argument pour affiner les choix d’accouplement

Pour les éleveurs, cet index apporte une information intéressante pour affiner les choix d’accouplement. « C’est à mettre en balance avec l’index FNAIS » explique Mathieu Bobineau. « Par  exemple Mimosa, qui a un très bon index FNAIS, a également un excellent DGest à 9,3. Ceci correspond bien aux remontées du terrain selon lesquelles ses veaux naissent en moyenne sept jours avant terme. Ces deux index allant dans le même sens, c’est un argument supplémentaire pour dire que ce taureau s’utilise bien sur génisses pour un vêlage à trois ans ou trente mois. »

Lire aussi : De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant

Dans l’autre sens, prenons l’exemple d’un taureau qui est à 105 en FNAIS. On considère en général qu’il est possible de l’utiliser sur génisses pour un vêlage à trois ans. Mais si ce taureau révèle un DGest inférieur à 5, cela incitera à le réserver plutôt pour des primipares, voire juste pour des vaches.

« Cet index permet aussi de « faire du correctif » » complète Sébastien Landemaine, responsable génétique races allaitantes chez Gènes Diffusion. « Un éleveur pourra pour ceci utiliser des taureaux bons en Dgest sur des souches à longue gestation, afin de ne pas cumuler sur ces gestations non souhaitables. »

Un indicateur supplémentaire de la facilité de naissance

C'est aussi un index très utile pour la sélection des animaux candidats à la diffusion. « DGest est un indicateur supplémentaire favorable aux facilités de naissance » précise Sébastien Landemaine. « Un jeune mâle candidat à l'achat et à la diffusion, qui serait neutre en facilités de naissance mais disposerait d'une indexation favorable en DGest aura davantage de chance de basculer dans la catégorie "utilisable sur génisses" qu'un taureau ayant un index DGest inférieur à 5. » Le spécialiste constate d’ailleurs que cet index est particulièrement apprécié et utilisé par les étrangers, qui le prennent comme le meilleur indicateur de la facilité de naissance.

Lire aussi : Des données sur la durée de gestation en race Limousine

Lire aussi : Gènes Diffusion : « 2020 a été une belle année et offre des perspectives prometteuses. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande