Aller au contenu principal

Un cru très hétérogène selon les régions pour les ensilages de maïs 2020

Le niveau quantitatif et qualitatif des ensilages de maïs 2020 sont à l’image de l’année climatique écoulée. Les récoltes sont globalement satisfaisantes sur la bordure Nord-Ouest du pays mais beaucoup plus contrastées partout ailleurs.

Le bilan hydrique donne un premier aperçu de la localisation tant quantitative que qualitative des meilleurs ensilages.
Le bilan hydrique donne un premier aperçu de la localisation tant quantitative que qualitative des meilleurs ensilages.

2020 aura été une année compliquée et surtout très hétérogène pour les ensilages de maïs. « Les semis de maïs fourrage ont été réalisés en 2 temps, interrompus par des pluies fréquentes fin avril – début mai : une partie avant le 20 avril, principalement dans le Nord et l’Est, et la principale vague à partir du 6-7 mai jusqu’au 20-25 mai. Les derniers semis ont parfois été réalisés dans le sec avec de mauvaises levées. Les températures supérieures aux normales en avril et jusqu’à début juin, ont permis des levées rapides et homogènes et, globalement, une bonne installation des cultures. » explique Arvalis Institut du végétal. Même si le mois de juillet a été partout très sec, il ne s’est pas traduit par des températures caniculaires et a globalement permis un bon niveau de fécondation. L’écart entre régions s’est ensuite creusé à compter de début aout. « Le retour de la pluie, à partir de début août a surtout concerné l’Ouest et la bordure maritime nord. Dans ces régions, les conditions de fin de cycle ont été très favorables au remplissage des grains. Ailleurs, le déficit hydrique persistant s’est soldé par des avortements de grains qui ont affecté le rendement et la teneur en amidon des maïs. »

Les ensileuses ont tourné de début aout à mi-octobre

Dans les départements les plus concernés par la sécheresse et la canicule, les premiers ensilages ont démarré très tôt, début août, et ils se sont achevés jusqu’à mi-octobre dans les départements de la bordure maritime du nord du pays. Cet étalement des récoltes sur huit à dix semaines confirme une des évolutions marquantes de ces dernières années.

Côté rendement, les à-coups climatiques de plus en plus contrastés ont un impact croissant. « La variabilité des rendements est parfois très forte dans un même secteur (de 5-6 à plus de 15 t MS/ha) selon la profondeur de sol dans les parcelles, la localisation des orages,… ». Cet effet météo impacte également forcément la qualité finale du produit avec « des maïs bien pourvus en grains et riches en amidon à l’Ouest et dans la bordure maritime Nord, jusqu’à des maïs avec très peu de grains dans le Centre et l’Est. » Enfin autre effet prévisible de la sècheresse, d’importants transferts pour le choix du mode de récolte : 50 000 ha initialement prévu pour une récolte en grain ont été au final ensilés, principalement dans les zones d’élevage les plus touchées par la sècheresse : Centre et Nord-Est du pays.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande