Aller au contenu principal
Font Size

Un chantier de fauche collectif

À la Cuma La Romaine, les adhérents qui engagent des surfaces dans un chantier fauche géré collectivement partagent le travail et les risques. Une organisation qui pousse tout le monde à travailler le mieux possible.

Les adhérents de la Cuma La Romaine, dans le Maine-et-Loire, ne sont plus concurrents pour l’utilisation du matériel de fenaison mais partenaires dans des chantiers de fauche collectifs. Boris Drapeau président de la Cuma et éleveur de bovins allaitants en race charolaise, nous explique qu'un groupe d'adhérents a poussé loin l’entraide et la mutualisation.

« Il y a quatre ans, au moment du renouvellement de la faneuse, nous nous sommes posé la question de la taille de l’outil dans lequel nous devions investir, avec bien sûr la contrainte que tout le monde veut toujours faner entre 11 heures et 15 heures… Nous avons alors décidé de mettre en place des chantiers collectifs », explique Boris Drapeau. L’entraide est au cœur de ce fonctionnement.

Concrètement, quand une fenêtre météo favorable est annoncée, un SMS est envoyé aux 14 adhérents du groupe fauche. Les éleveurs intéressés se réunissent le jour même pour faire le point sur les surfaces engagées et l’organisation. Le salarié de la Cuma fauche, avec une faucheuse de 6 mètres. « Le fanage est réalisé par deux personnes par jour, une par faneuse, et les éleveurs concernés enchaînent les parcelles, sans changement de chauffeur ni de tracteur. Nos deux faneuses, une de 8 toupies de 8,8 mètres et une de 10 toupies de 10,8 mètres permettent de faner 80 à 90 hectares par jour. Il faut que la faucheuse devant soit efficace ! » Le jour suivant, ce sont deux autres membres du groupe qui fanent, etc. Le jour de la récolte, tout le monde est présent pour andainer et presser.

Le foin mouillé est partagé

« Dans notre région, beaucoup d’éleveurs sont comme moi, en individuel. Avec ce système d’entraide, sur quatre jours de chantier de fenaison, nous ne sommes mobilisés que deux journées. Nous tenons aussi compte des contraintes de chacun. Les éleveurs allaitants font les horaires un peu décalés pour que les éleveurs laitiers soient sur leur exploitation pour la traite par exemple. Les surfaces en légumineuses sont prioritaires. »

Il est possible d’utiliser le matériel de la Cuma en dehors du chantier collectif, mais la priorité va au groupe. « C’est un fonctionnement difficile à mettre en place. Il faut accepter de ne pas forcément intervenir sur ses propres surfaces. Depuis deux ans, nous allons plus loin en mutualisant les pertes de récolte en cas d’intempéries. Si du foin est mouillé, il est partagé entre tous ceux qui ont engagé des surfaces dans le chantier collectif, en fonction de la surface engagée. Notre groupe fonctionne mieux, tout le monde y met du sien. On travaille dans l’intérêt de tous pour que la récolte soit de bonne qualité et faite dans les temps. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande