Aller au contenu principal
Font Size

Un atelier de découpe à la ferme peut coûter du simple au double

Un atelier de découpe à la ferme, combien ça coûte ? C’est davantage pour donner un ordre d’idées que pour répondre très précisément à cette question que Marc Fabre, de l’équipe Sud de France Montagne élevage, a compilé en 2013 une quinzaine de devis de porteurs de projets situés en région Occitanie. Un travail réalisé à la demande d’éleveurs souhaitant pouvoir disposer de références à ce sujet. A donc été évalué le coût de construction d’un atelier de découpe à la ferme, en incluant le coût du matériel. À savoir un atelier pouvant bénéficier de l’agrément CE d’une capacité de 2 à 3 gros bovins par semaine, soit l’équivalent de 35 à 50 tonnes par an toutes espèces confondues. « J’ai pris en compte un atelier de 65 m2 réalisé sur une chape de béton sans vide sanitaire, abrité sous une structure métallique avec couverture métallique. Les murs extérieurs et les cloisons intérieures sont réalisés en panneaux type sandwich. Le sol est en carrelage, et le système de froid est individuel avec un groupe froid par local où la température doit être maîtrisée. »

60 000 à 110 000 € HT

Le montant de la construction oscille entre 47 000 et 98 000 € HT. Il convient de rajouter le matériel (table de découpe…), ainsi que le nécessaire pour l’hygiène (lave-main, bacs de lavage…) et pour le conditionnement de la viande (groupe étiquetage, machine sous vide…), pour un total de quelque 13 000 €. Cela se traduit au final par un coût moyen d’un peu plus de 80 000 € HT, oscillant entre 60 000 et 110 000 € HT. 

Une part d’autoconstruction sur certains volets, faciles à réaliser (pose des panneaux et du carrelage), permet de faire quelques économies. Mais pour des devis datant de 2013, le coût moyen pour un atelier de 65 m2 équipé en matériel neuf avait été estimé à 1 236 € HT/m2 sans autoconstruction, et 1 121 € HT/m2 avec une part d’autoconstruction. « Ce ne sont que des données établies à titre indicatifs », rappelle Marc Fabre, qui insiste surtout sur le fait qu’elles gagneraient bien évidemment à être réactualisées. « Aujourd’hui, on peut bien rajouter au moins 3 ou 4 % à ces chiffres. " Mais ce travail visait également à souligner que les écarts de prix peuvent être importants. « Ils peuvent aller du simple au double selon le type de matériel, les artisans et les régions. » Idem pour l’achat des panneaux sandwichs pour lesquels l’écart est parfois encore plus important. Et donc de conseiller de demander au minimum trois devis par poste. « L’achat de matériel d’occasion permet aussi de faire baisser le coût. Mais attention, le plus souvent les systèmes d’aide ne prennent pas en charge le financement de matériel d’occasion. Il faut donc faire le calcul pour tout optimiser selon ses possibilités d’achat. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
« Les vaches boivent beaucoup plus naturellement dans les bacs collectifs de la nouvelle stabulation », observe l’éleveur. © R. Corneloup
Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"
Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande