Aller au contenu principal

Un atelier de découpe à la ferme peut coûter du simple au double

Un atelier de découpe à la ferme, combien ça coûte ? C’est davantage pour donner un ordre d’idées que pour répondre très précisément à cette question que Marc Fabre, de l’équipe Sud de France Montagne élevage, a compilé en 2013 une quinzaine de devis de porteurs de projets situés en région Occitanie. Un travail réalisé à la demande d’éleveurs souhaitant pouvoir disposer de références à ce sujet. A donc été évalué le coût de construction d’un atelier de découpe à la ferme, en incluant le coût du matériel. À savoir un atelier pouvant bénéficier de l’agrément CE d’une capacité de 2 à 3 gros bovins par semaine, soit l’équivalent de 35 à 50 tonnes par an toutes espèces confondues. « J’ai pris en compte un atelier de 65 m2 réalisé sur une chape de béton sans vide sanitaire, abrité sous une structure métallique avec couverture métallique. Les murs extérieurs et les cloisons intérieures sont réalisés en panneaux type sandwich. Le sol est en carrelage, et le système de froid est individuel avec un groupe froid par local où la température doit être maîtrisée. »

60 000 à 110 000 € HT

Le montant de la construction oscille entre 47 000 et 98 000 € HT. Il convient de rajouter le matériel (table de découpe…), ainsi que le nécessaire pour l’hygiène (lave-main, bacs de lavage…) et pour le conditionnement de la viande (groupe étiquetage, machine sous vide…), pour un total de quelque 13 000 €. Cela se traduit au final par un coût moyen d’un peu plus de 80 000 € HT, oscillant entre 60 000 et 110 000 € HT. 

Une part d’autoconstruction sur certains volets, faciles à réaliser (pose des panneaux et du carrelage), permet de faire quelques économies. Mais pour des devis datant de 2013, le coût moyen pour un atelier de 65 m2 équipé en matériel neuf avait été estimé à 1 236 € HT/m2 sans autoconstruction, et 1 121 € HT/m2 avec une part d’autoconstruction. « Ce ne sont que des données établies à titre indicatifs », rappelle Marc Fabre, qui insiste surtout sur le fait qu’elles gagneraient bien évidemment à être réactualisées. « Aujourd’hui, on peut bien rajouter au moins 3 ou 4 % à ces chiffres. " Mais ce travail visait également à souligner que les écarts de prix peuvent être importants. « Ils peuvent aller du simple au double selon le type de matériel, les artisans et les régions. » Idem pour l’achat des panneaux sandwichs pour lesquels l’écart est parfois encore plus important. Et donc de conseiller de demander au minimum trois devis par poste. « L’achat de matériel d’occasion permet aussi de faire baisser le coût. Mais attention, le plus souvent les systèmes d’aide ne prennent pas en charge le financement de matériel d’occasion. Il faut donc faire le calcul pour tout optimiser selon ses possibilités d’achat. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande