Aller au contenu principal

Tuberculose bovine : les populations de blaireaux suivies au cas par cas

L’Anses a publié le 1er octobre 2019 un avis faisant le point sur les mesures de lutte contre la tuberculose bovine dans la faune sauvage et leurs effets sur les populations de blaireaux.

 © Pixabay
© Pixabay

L’Anses avait été saisie en 2016 par quatre associations (Ligue de protection des oiseaux, Humanité et diversité, Aspas et France Nature environnement) sur la problématique de « la gestion de la tuberculose bovine et des blaireaux ». La réglementation encadre les mesures d’élimination des blaireaux selon les niveaux d’infection et les zones, et ces mesures sont régulièrement réévaluées en fonction des données de la surveillance. En 2018, ces mesures ont concerné moins de 4 % du territoire sur 15 départements. « À l’heure actuelle, les mesures d’élimination en place dans certaines zones du territoire ne menacent pas le blaireau à l’échelle nationale, conclut l’Anses dans cet avis. Les experts rappellent cependant depuis 2011, que dans les zones indemnes, l’élimination préventive des blaireaux et des autres espèces sauvages ne peut en aucun cas être justifiée au motif de la lutte contre la tuberculose. »

De bons résultats en Côte-d’Or et dans les Ardennes

Le blaireau est une espèce très difficile à étudier du fait de son mode de vie presque exclusivement nocturne, mais aussi en raison de comportements très variables des populations. « Les comparaisons d’une région et d’un pays à l’autre sont à analyser avec précaution, insiste l’Anses. Il est à chaque fois nécessaire de mener des enquêtes localement, au cas par cas. »
En Côte-d’Or, le rôle épidémiologique du blaireau est avéré et les piégeages ont démarré en 2009. Depuis 2012, les mesures prises ont permis de réduire la propagation de la tuberculose dans tous les compartiments (blaireaux, sangliers, bovins) selon cet avis de l’Anses. En 2017, le nombre de foyers chez les bovins a été de 4. Dans les Ardennes, une évolution comparable est constatée (aucun cas chez les bovins depuis 2015). En Dordogne et zones limitrophes, et dans la zone Landes-Pyrénées-Atlantiques, où la lutte est plus récente, et le rôle épidémiologique du blaireau en cours d’étude, il n’est pas encore possible d’appréhender l’effet des piégeages. La mise en place de mesures contre la tuberculose bovine se poursuit.

Sur le web

L’avis à télécharger sur le site de l’Anses donne beaucoup d’informations sur l’écologie des blaireaux, les mesures de gestion et de lutte contre la tuberculose bovine dans chaque zone, et la recherche sur un vaccin oral pour blaireaux.

www.anses.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande