Aller au contenu principal

Trois nouveaux Aubrac disponibles à l’IA en paillettes sexées femelle ou conventionnelles

Pour la série des « O », le catalogue Aubrac d’Auriva complète son offre avec trois nouveaux jeunes taureaux de la série des « O » recrutés à l’issue de leur évaluation à la station de la Borie de l’Aubrac. Tous les trois sont disponibles en semence sexée femelle.

Les éleveurs d’Aubrac ont la possibilité d’utiliser trois nouveaux taureaux pour la campagne d’insémination en cours. Tous les trois ont été retenus à l’issue de leur évaluation à la station de la Borie de l’Aubrac et compte tenu de leur morphologie et de la qualité de leurs ascendants. Né au Gaec de la Buge en Lozère, Octave « est un taureau complet, très équilibré dans sa morphologie avec beaucoup de qualités de race et d’excellents aplombs. » indique Auriva. Par son père Indigo IA, né au Gaec Laporte en Lozère, et son grand-père maternel Dolby IA, né au Gaec Batifol en Lozère, il est issu de souches confirmées aux excellentes qualités de race qui ont donné de bons résultats mais qui ont aussi été abondamment diffusées. Joconde, la mère d’Indigo est qualifiée « Mère à Taureaux Elite ». Elle est issue de la lignée phare de cet élevage et sa grand-mère avait été présentée à plusieurs reprises dans différentes manifestations où elle s’était illustrée en extériorisant, entre autres, de bonnes qualités de race. Pointée 82 en qualités de race, Octave est présenté par Auriva comme « un concentré de Qualités de Race, de morphologie et de lait à utiliser sans restriction à l’exception des filles de Dolby et Indigo. »

Même s’il présente lui aussi de solides références côté qualités maternelles, Oxford est un peu plus marqué dans les épaisseurs. Il a, entre autres, été particulièrement remarqué à la station par la qualité et surtout la solidité de ses aplombs. « Il conviendra particulièrement pour produire d’excellents broutards, de bonne valeur marchande par les épaisseurs et le poids. » prédit Auriva. Né au Gaec Tardieu-Boulard dans le Cantal, sa mère, pointée 82, confirme dans sa production et ses aptitudes maternelles (Alait de 104 et IVMAT de 103).

Le troisième et dernier taureau de cette série a un profil un peu particulier même si lui aussi est passé par la station de la Borie de l’Aubrac. Comme son nom le laisse sous-entendre, Obraklait est issu du programme de sélection en ferme sur les souches laitières conduit par la coopérative laitière Jeune Montagne et l’Union Aubrac. C’est un fils de Dauphin IA un des taureaux les mieux indexé du catalogue (Alait de 110) pour les aptitudes à l’allaitement de ses filles. Sa mère France est pointée 81 en qualité de race. Elle est conduite comme une vache laitière et a produit jusqu’à 4 000 litres de lait au cours de ses meilleures lactations. Tant par son père que par sa mère, « Obraklait est intéressant par son cumul génétique aptitudes maternelles et pour ramener de la persistance laitière, gage de revenu dans tout troupeau allaitant et ceci d’autant plus qu’il est disponible en semences sexées femelles. » Même s’il n’a pas fait partie des taureaux les mieux évalués l’an dernier à la station, il a obtenu des résultats qui le positionnent dans une bonne moyenne.

Les cinq taureaux les plus utilisés

A signaler également que le stock de doses de Dauphin, le père d’Obraklait, est désormais plus limité. Une information assez logique, car si on fait un classement décroissant des cinq taureaux d’IA les plus utilisées en 2019 et 2020, il arrive en tête avec 4 164 IAT devant Indigo (père d’Octave) avec 2 021 IAT, puis Héritier (1753 IAT), Dolby (grand-père maternel d’Octave) avec 1 194 IAT et enfin Marquis avec 1 071 IAT.  

lire aussi, le gène sans corne arrive en Aubrac

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
Stéphanie Mocques-Goure, éleveuse. « Je cherche au maximum à ne pas avoir recours au tracteur. "
[Charges de mécanisation] « Je sors mes piquets plutôt que mon tracteur »
À Beaufort-en-Anjou, dans le Maine-et-Loire, le pâturage est un partenaire de choix pour permettre à Stéphanie Mocques-Goure de…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande