Aller au contenu principal

[Sommet de l’élevage] La Hereford met en avant précocité et format modéré

Année après année, la Hereford confirme sa présence au Sommet de l’élevage. Les animaux ont cette année été jugés par un spécialiste des races à viande nord-américaines.

 

Il existe actuellement un peu plus de 1700 vaches reproductrices hereford sur le territoire français. Beaucoup, beaucoup plus à l’échelle de la planète et c’est d’ailleurs un spécialiste des races à viande nord-américaines qui est venu classer les animaux sur le grand ring du Zénith d’Auvergne. L’étatsunien PJ Budler a jugé des concours d’animaux reproducteurs dans tous les grands pays où sont élevés des cheptels allaitants dans les systèmes extensifs d’Amérique du Nord et du Sud. Il a donc jugé la bonne vingtaine de Hereford présent sur le site comme il l’aurait fait au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil ou en Argentine.

Objectif vêlage à 24 mois

Il a donc mis en avant des animaux précoces. « Une bonne vache hereford est d’abord une vache qui produit. » Les vêlages à trois ans ne sont pas d’actualité et ne doivent pas être de mise en Hereford et le juge a rappelé que l’objectif d’avoir un premier vêlage autour de 24 mois était pour lui un impératif. Il a ensuite mis en avant les aptitudes de la Hereford à se maintenir facilement en état avec des rations basées sur la seule herbe pâturée ou les fourrages grossiers. Et de rappeler pour cela l’importance de conserver un format modéré, des aplombs solides et une grosse capacité d’ingestion. « En Hereford les formats recherchés sont ceux qui permettront de donner des carcasses d’un poids classiquement compris entre 350 et 420 kg. On est là pour répondre à la demande de carcasses de format modéré. » ajoutait Pascal Bastien, président de Hereford France.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande