Aller au contenu principal

[Sommet de l’élevage] Bonne ambiance pour le concours National Aubrac

Après 2008 et 2014, le Concours national Aubrac était organisé pour la troisième fois dans le cadre du Sommet de l’élevage avec des éleveurs manifestement ravis de se retrouver dans une bonne ambiance sous les projecteurs du zénith d’Auvergne.

Organisé tous les deux ans et annulé l’an dernier, la dernière édition du concours national Aubrac avait eu lieu à l’automne 2018. Cela faisait donc trois ans que les éleveurs ne s’étaient pas retrouvés autour de leurs meilleurs animaux. Couplée au Sommet de l’élevage, inutile de dire que cette édition 2021 était très attendue. 128 élevages provenant de 10 départements avaient amené des animaux avec une forte proportion de jeunes éleveurs, manifestement passionnés. Un total de 16 prix d’ensemble ont été présentés attestant là encore de la belle dynamique du moment.

Animaux compacts et profonds

Tout au long des jugements puis des commentaires, les notions de compacité, de profondeurs, d’épaisseurs, de qualité de bassin, de culottes bien descendues et de solidités des aplombs ont été largement mis en avant. « Notre volonté est de privilégier des morphologies compactes avec un maximum de poids dans un minimum de volume en recherchant des animaux qui grandissent plus vers le sol que le ciel ! » résumait Yves Chassany, président de l’OS Aubrac. Ce format et cette morphologie permet - même quand on mesure moins d’1,70 m ! - d’apprécier sans difficultés la qualité du dessus d’un taureau Aubrac adulte alors que ce n’est plus vraiment le cas pour la plupart des autres races allaitantes.

Faire face aux évolutions du climat

Ces formats modérés et l’objectif de poids vif compris entre 600 et 750 kg pour la plupart des vaches reproductrices a été mis en avant comme un atout pour faire face aux évolutions du climat et limiter les besoins d’entretien. Ces poids vifs se traduisent ensuite par des poids carcasse compris entre 380 et 420 kilos pour la plupart des femelles de réforme. Une fourchette analysée comme en phase avec la demande des distributeurs et restaurateurs.

Valoriser estives et parcours

Un cheptel Aubrac doit être en mesure de se contenter de pâturages ou de parcours de qualité souvent modeste où la ressource herbacée repose sur de fourrages dont la densité énergétique n’est pas forcément toujours de très haut niveau. Elle nécessite donc souvent d’ingérer de gros volumes de fourrages pâturés ou stockés pour satisfaire les besoins des animaux. Tout au long du concours, il a donc été rappelé toute l’importance de continuer à sélectionner des animaux à forte capacité d’ingestion. Une aptitude précieuse à l’heure de la flambée des tarifs des céréales et tourteaux mais également pour faire face à des disponibilités en fourrages plus contrastées compte tenu des évolutions du climat.

Aptitude à bien vieillir

« Nous n’avons pas constaté de détériorations des IVV depuis 2017, après trois années successives de sécheresse » soulignait Cyril Leymarie, responsable technique de l’OS. Et d’ajouter en commentant les sections de vaches suitées et les lots de broutards croisés. « On n’est pas obligé d’avoir des vaches de très gros gabarit pour sevrer des broutards qui font du poids sur la bascule. » L’autre point longuement abordé à l’occasion des commentaires sur les animaux en concours a été est celui de l’aptitude des animaux à bien vieillir, permettant ainsi de ne pas avoir de taux de renouvellement trés élevé et permettant donc de réduire les frais liés à la l’élevage des génisses de renouvellement. Une aptitude démontrée par la section des vaches de 13 ans et plus, laquelle incluait une « mamie » de 20 ans accusant 17 vêlages dont le dernier avait eu lieu ce printemps.

Progression des effectifs

Ces critères de sélection assez éloignés du « toujours plus » sur les volets formats, poids carcasse et GMQ font manifestement des adeptes si on l’analyse du côté de la progression des effectifs. L’Aubrac éveille aussi un certain intérêt au-delà de nos frontières. Deux génisses fraichement sevrées ont été vendues 3 300 et 3 400 € en République Tchèque et en Suisse dans le cadre de la vente organisée par Races de France. Quant à la vente « Prestige XVI » conjointement organisée par la Sarl Nolorgues et KBS Genetic, elle a permis d’adjuger la totalité des 19 animaux proposés (7 génisses et 12 taureaux) à une moyenne de 5 921 €.  Des investisseurs Tchèques ont largement contribué à animer ces enchères en raflant à eux seuls 10 animaux.

 

En complément de ce concours

Visite virtuelle de l’élevage Barriol dans le Cantal

Résultats de la Vente aux enchères organisée par la SARL Nolorgues

Vidéo de la première journée du concours

Vidéo de la deuxième journée du concours

Vidéo de la troisième journée du concours

Vidéo de la dernière journée du concours

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande