Aller au contenu principal

Sommet de l’élevage 2022 - Mise en avant de la longévité fonctionnelle de l’Aubrac et de son aptitude au croisement

Après le concours national organisé l’an dernier à Cournon, les éleveurs aubracs sont revenus en plus petit comité sur ring du zénith d’Auvergne. Ils ont mis en avant les atouts de leurs animaux pour s’adapter aux évolutions du climat sans occulter leur bonne aptitude à une conduite en croisement.

Eleveurs respectivement dans l’Aveyron et en Lozère, les deux juges Patrice Thérond et Kévin Ranc ont mis en avant lors de leur jugement des animaux de format modéré, aux aplombs solides avec de grosses ouvertures de bassin.

Des formats permettant de produire des poids carcasses le plus souvent compris dans une fourchette oscillant entre 380 et 430 kg, en phase avec la demande de la plupart des distributeurs. Et de rappeler également l’importance de retenir des animaux d’un format modéré à forte capacité d’ingestion pour comprimer les coûts liés à l’alimentation. Autant d’aptitudes qui sont un atout pour affronter les évolutions en cours et à venir du climat.

La plus-value liée au croisement

Le concours s’est achevé sur la désormais habituelle présentation des broutard(e)s croisé(e)s Charolais, toujours appréciée des adeptes d’animaux très conformés. « Sur cette catégorie on veut d’abord des animaux vraiment éclatés côté muscles en extériorisant une bonne finesse d’os, un dessus bien tendu et le plus épais possible, associé à une belle finesse de cuir. La meilleure laitonne croisée âgée d’à peine 10 mois a cette année été vendue 1 650 € directement dans les travées », soulignait Denis Costerousse, éleveur dans Cantal, en charge du classement de cette section.

Projet de collaboration

La Mongolie était cette année le pays mis à l’honneur par les organisateurs du Sommet de l’élevage. Ses représentant se sont montrés intéressés par l’Aubrac en estimant que c’était l’une des races à viande française les plus intéressante pour être utilisée dans la steppe mongole. Un projet de collaboration pour la race Aubrac entre la Mongolie et la France a d’ailleurs été signé dans la foulée sur le stand de l’OS !

A signaler également que le prochain concours national aura lieu en septembre 2023 à Aumont-Aubrac en Lozère.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande