Aller au contenu principal

Sommet de l'Elevage 2022 - Les champions Salers sont Peter et Montagne

     

© S.Bourgeois

Le concours du Sommet de l'Elevage a été jugé par Arnaud Férérol, qui a classé les animaux avec beaucoup d'explications à l'appui. C'est Montagne, appartenant au Gaec élevage Chassang (Cantal), qui a décroché le titre de championne. Une vache "remplie de partout", "qui fait plaisir à voir" : Montagne allie rectitude du dessus, qualité du bassin, aptitude laitière et élégance.

Le champion est celui qui, parmi les premiers prix de section mâles, présentait le plus de qualités de race. Peter, appartenant à Maxime Laporte (Cantal) présente notamment une largeur et une profondeur de poitrine exceptionnelle.

Frédéric Canal, président du herd-book, a salué le travail des éleveurs qui ont répondu présents pour ce concours alors que l'année est particulièrement difficile entre rats taupiers, sécheresse et inflation. Ce concours a été l'occasion d'annoncer l'arrivée cette semaine d'un nouvel ingénieur au sein du Groupe Salers Evolution.

Les objectifs de sélection raciale ont d'autre part été rappelés : améliorer la conformation par davantage de viande dans les dessus, tout en gardant la facilité de vêlage et le potentiel d'allaitement. "La race est rustique et aussi réalise de bonnes performances pour la production de viande." Avec des références pour des jeunes bovins de 425 à 430 kgC à 17 mois par exemple.

"Les atouts de la Salers sont la productivité numérique, l'intervalle vêlage vêlage et la facilité de vêlage et le potentiel d'allaitement de la race. Autant de qualités qui permettent de limiter les charges sur les exploitations" ont expliqué les animateurs du concours.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande