Aller au contenu principal

[Sommet de l’élevage 2021] Visite virtuelle d'un élevage de Charolais

Covid-19 oblige, les traditionnelles visites d’élevage à l’occasion du Sommet de l’élevage 2021 n’ont pas pu être organisées cette année. A la place, le groupe Réussir a conçu et filmé pour le salon des visites virtuelles. Plongée dans un élevage de Charolais à Villefranche d’Allier dans le bocage bourbonnais.

Installée depuis 2011, Léa Laboisse élève des Charolais dans le bocage bourbonnais à Villefranche d’Allier. « Je suis née avec les Charolaises, je suis la 4e génération à en élever », confie-t-elle. Son exploitation : « 120 hectares dont 20-30 hectares de grandes cultures et 10 hectares de maïs et 75 vêlages par an du 15 décembre au 15 avril », résume-t-elle. Un élevage essentiellement naisseur, avec la vente de vaches maigres « un peu fleuries » au marché au cadran, de broutards vers l’Italie et de quelques mâles reproducteurs. L’alimentation est essentiellement à base d’herbe (85%), de maïs, de foin et de céréales de l’exploitation. « Le Charolais, c’est une race qui s’élève facilement, elle fait le yoyo selon les saisons et elle répond à une demande avec la qualité de sa viande », confie l’éleveuse. Ses critères de sélection : la morphologie, la production et surtout la docilité. « Je veux un cheptel docile », explique cette jeune maman, seule à la tête de son exploitation. « Mon père est agriculteur à deux kilomètres d’ici, on s’aide beaucoup au niveau du travail et du matériel », souligne-t-elle. 

Je veux un cheptel docile

Elle choisit ses mâles reproducteurs sur la morphologie et l’ascendance. Les veaux reproducteurs sont vendus à 12 mois (500 kilos environ). « S’ils ont de bonnes capacités, je les garde un an de plus pour la saillie naturelle sur l’exploitation et les vend à 700-750 kilos », explique-t-elle. Elle achète aussi avec son père des taureaux, avec lesquels elle insémine « à la main » 15 à 20 vaches.

Léa arrive à se dégager du temps pour sa famille

« Le Charolais est une race simple à conduire, avec un troupeau d’environ 100 vaches, Léa arrive à se dégager du temps pour sa famille », souligne Sébastien Cluzel, président du Herd book Charolais, qui existe depuis plus de 150 ans. Les standards de la première race à viande française évoluent vers « plus de conformité bouchère », plus de précocité, et la capacité de la Charolaise de s’adapter à son environnement.

Une race qui s’adapte aux évolutions climatiques

« On est dans une zone très séchante, la Charolaise a une capacité de résilience on la retrouve sous toutes les latitudes et tous les climats », poursuit Sébastien Cluzel. L’objectif : atteindre 420-450 kilos de carcasses en conformation R+ U-. « 75% des vaches U- sont issues de taureaux inscrits au herd book charolais », se félicite-t-il. Le schéma de sélection de la race passe par les concours, l’insémination artificielle et des stations d’évaluation. « 160 000 vaches sont dans le programme de sélection sur un total de 1,5 million de vaches charolaises en France », indique Sébastien Cluzel.

Selon Stéphane Billoux, technicien herd book charolais, l’élevage de Léa Laboisse correspond bien à l’évolution des standards de la race. Et de pointer certaines bêtes du troupeau, comme Niamey, « la vache de concours de Léa et ses jolies cornes ». Ou Ottoman qui correspond plus aux évolutions actuelles de la race avec un squelette un peu plus fin.  

 

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande