Aller au contenu principal

La Rouge des Prés veut resserrer le lien entre éleveurs et OS

L'AOP Maine-Anjou s'attelle à développer sa notoriété, et l'OS Rouge des Prés travaille à resserrer le lien avec les éleveurs pour mieux répondre à leurs attentes.

génisses race Rouge des Prés
© S. Bourgeois

Les ventes de viande sous AOP Maine-Anjou repartent sur une bonne pente, a montré l’assemblée générale de la Sica Domaine Rouge des prés. Ce sont 619 animaux qui ont été commercialisés en 2019 (contre 543 en 2018 et 392 en 2017), et l’année 2020 devrait se clôturer avec 650 à 660 animaux.

La filière est cependant encore loin des chiffres réalisés dans les années 2010 ou 2011 - autour de 2 000 animaux agréés par an - quand le partenariat fonctionnait avec la chaine de restauration groupe Flo et avec Auchan. En septembre 2020, le nombre d’éleveurs engagés est de 73, et l’érosion semble endiguée.

Depuis 2019, le syndicat de défense de la viande AOP Maine-Anjou sollicite les services d’Agroqualité basé en Ille-et-Vilaine pour assurer la relation avec les éleveurs adhérents. D’ici fin 2020, il sera possible pour une partie des éleveurs qui pratiquent la vente directe de disposer du signe officiel de qualité : les animaux abattus à Craon et découpés à l’atelier des éleveurs à Ernée en Mayenne pourront être vendus sous AOP en vente directe. Pour les animaux abattus dans le Sud Loire, la structure cherche encore un atelier de découpe.

Aller voir les clients pour faire connaitre l’AOP Maine-Anjou

« MABox, organisation de vente directe collective, n’a pas fonctionné et mettait la Sica en difficulté. Nous avons décidé d’arrêter » explique Christian Perrin, président de la Sica Domaine Rouge des Prés. La viande AOP Maine-Anjou souffre surtout d’un déficit de notoriété analyse t'il. Actuellement les débouchés de l’AOP sont essentiellement les grandes surfaces.

Tous les éleveurs de Rouge des Prés sont appelés à parler de leur viande auprès de leurs contacts qu’ils soient restaurateurs, bouchers, collectivités… La notoriété a des progrès à faire au sein même déjà de la région des Pays de la Loire. « Nous avons un produit haut de gamme qui garantit persillé et tendreté. Il faut aller voir les clients et je pense que cela va fonctionner » encourage Christian Perrin.

Resserrer le contact entre éleveurs et l’organisme de sélection

Stéphane Patin est le nouveau directeur de la SICA pour la moitié de son temps de travail, l’autre moitié étant consacrée à la direction de Races de France, fédération des organismes de sélection. « Nous travaillons à resserrer le contact entre les éleveurs et l’OS de la race pour mieux répondre aux attentes des éleveurs » expose Christian Perrin. La Rouge des Prés compte 17 970 vaches contrôlées, représentant 53% de la population de 33 900 vaches au total.

Proposer un plus large choix en IA est un des objectifs. En 2019, la moitié des inséminations réalisées en race Rouge des Prés l’étaient avec un taureau porteur hétérozygote du gène mh. Et les taureaux pour vaches représentent la moitié des ventes de doses d’IA. Le programme d’accouplements dirigés porté par Evolution porte sur deux segments : qualités maternelles, et facilité de naissance et viande. A partir de six pères à taureaux récents et anciens, et de six cents mères à taureaux qui seront sélectionnées après visite en ferme, deux cents accouplements dirigés sont réalisés et l’objectif est qu’une dizaine de mâles soient évalués en station de contrôle individuel. Une modification de l’organisation est en discussion pour que les naisseurs soient intéressés à jouer le jeu jusqu’au bout en proposant à l’entrée en station de contrôle individuel leur tout meilleur veau.  

La prochaine vente à la station de contrôle individuel aura d’ailleurs lieu du 19 et 28 octobre, sous pli fermé et selon la même organisation que la vente du printemps dernier. Les vidéos des animaux sélectionnés seront visibles sur la chaine youtube « Rouge des Prés officiel ». 58 % des taureaux proposés sont non porteurs du gène mh. Tous les taureaux sont mis à prix à 2 350 euros.

Enfin, il est toujours temps de participer au concours photo qui a pour but de promouvoir la race. Il se termine le 30 octobre 2020. Par contre, le traditionnel marché de Noël du Domaine des Rues ne pourra se tenir cette année, pour raisons sanitaires.

Lire aussi : Une conversion réussie du lait vers la Rouge des Prés 

[Covid-19] Une vente sous pli fermé pour la Rouge des Prés

Des Rouges des Prés très efficaces

Concours : La mixité à l’honneur pour la Rouge des Prés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
« Nous voulons être encore là demain »
Delphine Freyssinier est en Gaec avec son père Christian à Trizac dans le Cantal. Leur exploitation est forcément très orientée…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande