Aller au contenu principal

Restrictions d’usage pour certains antibiotiques

Pour préserver les possibilités de traitement en santé humaine, un décret vient d’établir une liste d’antibiotiques dits « d’importance critique » (AIC) dont l’utilisation est restreinte depuis le premier avril dernier pour les productions animales. Il s’agit des céphalosporines de troisième et quatrième génération (ceftiodur) ainsi que des fluoroquinolones (en « -oxacine »), sachant que la liste de ces AIC est encore susceptible d’évoluer dans les mois à venir.

Désormais, le recours aux AIC est interdit pour la prévention des maladies, mais il est possible pour un usage curatif ou métaphylactique (animaux sains, mais présentant une forte présomption d’apparition de la maladie lié à un contact étroit avec des animaux malades).

Cette prescription en élevage d’un médicament contenant une ou plusieurs substances AIC est désormais subordonnée à la réalisation d’examens préalables réalisés par un vétérinaire et donc à la charge des éleveurs. Le premier est l’examen clinique effectué par le vétérinaire prescripteur ou l’examen nécroscopique effectué à sa demande, ainsi qu’une analyse du contexte épidémiologique. Le second est un examen complémentaire visant à identifier quelle est la souche bactérienne responsable de l’infection à partir d’un échantillon prélevé par le vétérinaire prescripteur ou à sa demande, sur un ou plusieurs animaux vivants ou morts. Le troisième examen doit permettre de démontrer via un antibiogramme que la bactérie identifiée comme étant la cause de la maladie est bien sensible à l’antibiotique que l’on envisage d’utiliser.

Toutefois, ce nouveau décret précise qu’il est possible de déroger aux examens demandés ci-dessus dans deux cas de figure. D'une part, s’il s’agit d’un cas aigu d’infection bactérienne pour laquelle un traitement avec d’autres antibiotiques serait insuffisamment efficace. Dans les quatre jours qui suivent la prescription, le traitement doit alors pouvoir être réajusté en fonction de l’évolution du contexte clinique et épidémiologique et d’éventuels résultats d’examens complémentaires. Le second cas de figure est lié à la présence de résultats d’examens complémentaires effectués depuis moins de trois mois pour le même animal ou des animaux au même stade physiologique présents sur le même site et extériorisant la même pathologie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande