Aller au contenu principal

Recul des abattages en 2019

Le recul des disponibilités à venir interroge sur la surcapacité des outils d'abattage français.   © F. d'Alteroche
Le recul des disponibilités à venir interroge sur la surcapacité des outils d'abattage français.
© F. d'Alteroche

La décapitalisation du cheptel laitier et allaitant français avait contribué à conforter les disponibilités pour les différents outils d’abattage au cours de l’année 2018 et plus particulièrement durant le deuxième semestre. Il n’en a pas été de même l’an dernier. D’après le bulletin économique mensuel de la filière bovine édité par Interbev, pour les 11 premiers mois de 2019, 2,946 millions de gros bovins ont été abattus, soit un recul de 4 % comparativement aux chiffres 2018 pour le même intervalle de temps. La baisse est conséquente d’abord pour les JB laitiers (- 8 %/2018 pour un total de 156 000 têtes) mais également pour les réformes laitières (- 4 % pour un total de 918 000 têtes) et les JB de type viande (- 5 % pour un total de 559 000 têtes).
Le recul des abattages pour les vaches allaitantes est plus modeste (- 1 % sur 11 mois). Mais ce recul semble être ancré dans la durée si on analyse les évolutions à venir des cheptels. Le nombre de génisses allaitantes de 24 à 36 mois actuellement en stock dans les élevages est en très net retrait. « Au 1er décembre 2019, le déficit atteignait 67 000 têtes (- 6,4 %/2018) contre 32 400 au 1er janvier de la même année (- 2,9 %/2018) », précise l’Institut de l’élevage dans sa note mensuelle de conjoncture de janvier. Ce recul s’explique pour partie par les cessations de cheptels associées au dynamisme des exportations de laitonnes en particulier vers l’Italie ces derniers mois.
Des évolutions peu réjouissantes, alors que les importations de viande bovine sont reparties à la hausse (voir encadré) et que l’on entend se murmurer avec de plus en plus d’insistance qu’une vague de restructuration des outils d’abattage est à terme inéluctable compte tenu de ces évolutions.

L’import repart à la hausse

Les importations en cumul sur les 10 premiers mois de 2019 ont représenté 279 000 téc. Elles sont en hausse de 2 % par rapport à la même période de 2018, et de 6 % par rapport à la même période de 2017. « Ce sont notamment les importations de viande réfrigérée et de viande transformée qui en sont les moteurs », analyse l’Institut de l’élevage dans sa lettre mensuelle de conjoncture. Les importations de viande réfrigérée (176 500 téc) croissent de 4 % et celles de viande transformée (20 200 téc) de 9 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande