Aller au contenu principal

Réajustement des volumes sur les concours de Noël

Charolles, Laissac, Evron, Arras, Parthenais… Pour les amateurs de bovins très conformés, les semaines précédant Noël sont un vrai festival avec l’organisation de nombreux concours dans les principales régions d’élevage. 

A Laissac dans l’Aveyron il est possible de trouver tout le panel des races présentes dans un large sud-ouest avec également d’excellentes génisses croisées. © J-Y Renard
A Laissac dans l’Aveyron il est possible de trouver tout le panel des races présentes dans un large sud-ouest avec également d’excellentes génisses croisées.
© J-Y Renard

Apports en recul cette année pour les différents concours d’animaux de boucherie organisés dans les semaines précédant Noël. Cette légère contraction n’était dans un sens pas forcément un mal dans la mesure où elle a permis de tenir les prix dans un contexte assez somme toute assez morose pour le très haut de gamme. « Les problématiques liées aux grèves et aux difficultés de transport n’ont heureusement guère eu d’incidences » estime Jérôme Chartron, chef des ventes du marché de Chateaumeillant, dans le Cher, qui s’est fait un plaisir d’animer la vente des meilleurs animaux de Laissac dans l’Aveyron, laquelle a permis d’adjuger une génisse Aubrac, meilleure animal de ce concours à 23,6 € du kilo carcasse. Ce chiffre est le record jamais enregistré sous le foirail de Laissac et constitue également le tarif le plus élevé pour ces concours de Noël 2019. Achetée par l’abattoir du Groupe Bigard à Villefranche d’Allier cette génisse ira régaler les papilles des clients de l’hypermarché Leclerc d’Ajaccio. C’est la rivalité entre enseignes qui explique cette enchère hors norme. « Le très bon chiffre pour cette Aubrac a contribué à stimuler les acheteurs pour les autres animaux. Côté tarifs, nous avons globalement été sur les mêmes bases que l’an dernier. » souligne Bernard Fabre, coprésidents de l'association du marché et en charge de l’organisation du concours.

Ventes timides à Evron

Toujours côté tarifs, Jean-Yves Renard, Président de la Fédération nationale des concours d'animaux de boucherie de haute qualité fait état de 13 € pour la Championne d’Arras, et de 20 € pour la meilleure génisse de Charolles, et d’indiquer également que les « ventes ont été plutôt timides à Evron cette année »

Le réajustement de l’offre à Charolles aurait contribué à une meilleure stabilité des prix. Jusqu’à 700 têtes ont été présenté lors de précédentes éditions. Avec 600 animaux cette année, cette manifestation demeure pour autant la plus importante en nombre d’animaux avec aussi un nombre conséquent de visiteurs attestant que l’élevage Français a encore de nombreux supporters qui sont autant d’adeptes du « bien-manger ».

A Laissac, où 421 animaux avaient été inscrits pour la 9° édition du concours, la volonté n’est surtout pas de gonfler à l’excès les effectifs. « Il faut rester raisonnable. Cela ne sert à rien de gonfler les apports si on a pas les acheteurs en face. » souligne Bernard Fabre. Et de souligner la saine émulation que ce concours a généré pour les élevages de cette région en incitant davantage d’éleveurs à engraisser. « Une de nos forces est probablement liée à la diversité des types génétiques présents sur notre concours avec des Limousines, des Aubracs, des Charolaises, des Blondes et des croisées. C’est un atout pour répondre à la diversité des attentes et faire en sorte que les acheteurs soient les plus nombreux possible à venir. On a d’excellentes génisses croisées, à la fois fines, très éclatées et pas trop lourdes. Un produit qui convient parfaitement aux attentes de la plupart des bouchers. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande