Aller au contenu principal

Au Gaec des Guilloux
Qui s’y frotte s’y pique

À côté de Molinet, à la « frontière » entre Allier et Saône-et-Loire, les vaches et taureaux du Gaec des Guilloux n’ont pas d’autres possibilités que de rester gentiment dans leurs pâtures. 

Les petites routes et chemins qui desservent les prairies du Gaec des Guilloux sont désormais pour la plupart bordées de clôtures électrifiées réalisées avec un ou deux fils fixés via des isolateurs à des piquets espacés de 10 à 20 mètres selon le relief et la plus ou moins grande rectitude des contours de chaque parcelle. Ces fils lisses de 2,5 mm de diamètre semblent bien frêles pour cantonner les solides Charolais dans leurs pâtures. Mais prudents, ceux-ci se gardent bien de les approcher. Qui s’y frotte s’y pique. Et avec des clôtures parfaitement réalisées puis entretenues, la châtaigne est sévère ! « Aucun souci de ce côté-là, ce ne sont pas ces clôtures qui vont m’empêcher de dormir. Bien au contraire ! » souligne Michel Pessot, en Gaec avec son frère Robert sur une belle exploitation totalisant 240 ha pour 160 vêlages/an et en charge, au sein de ce groupement, de la réalisation et du suivi des clôtures.

Des associés d’abord sceptiques

« On a commencé à passer à l’électrique en 2003, au moment de mon installation. A l’époque, mon père était associé dans le Gaec. La perspective de voir les quatre à cinq rangs de barbelés peu à peu remplacés par du fil électrique le rendait sceptique, pour ne pas dire réticent. Il avait des craintes sur l’efficacité de mes clôtures. Avec quinze ans de recul et de pratique, c’est devenu un convaincu. Idem pour mon frère, lui aussi peu enthousiaste au départ. »

Simplicité et rapidité de pose sont le premier argument mis en avant. « Le plus long, c’est retirer la vieille clôture. Puis il suffit de respecter les préconisations. Je mets trois rangs de fil (à 1,15 m, 85 cm et 60 cm) le long des grands axes routiers très fréquentés. Deux rangs (à 95 et 65 cm) le long des routes secondaires et un seul (à 80 cm) le long des haies, lesquelles sont taillées une fois par an. C’est mon frère qui se charge de passer le broyeur. » Avec ces hauteurs, le broyeur passe sous le fil sans problème. Les départs de ligne sont le plus souvent réalisés avec de gros pieux d’acacia de 2,5 m de long et au moins 25 cm de diamètre enfoncés d’un bon mètre. « Cela dépend aussi si c’est une clôture à un fil ou trois fils. Avec trois fils, il faut prévoir plus costaud car il y a davantage de tension. Côté espacement des piquets, je ne vais pas au-delà de 15 m avec des clôtures trois fils. Jusqu’à 20 m s’il n’y a qu’un seul fil. Quand je vois certaines clôtures posées il y a une douzaine d’années, je me rends compte que j’aurais parfois pu espacer davantage mes piquets. Moins il y en a et moins cela prend de temps pour passer le broyeur.

Quand mon frère a fini de broyer dans une parcelle, je passe derrière lui le long de chaque clôture avec la débroussailleuse à main pour couper les quelques tiges ligneuses qui poussent autour des piquets. Et au besoin revisser ou reposer quelques isolateurs. Quand l’entretien est réalisé régulièrement, une fois par an, la végétation n’a pas le temps de prendre du volume. C’est beaucoup plus facile et rapide à suivre. »

Broyage annuel sous les fils

Sur les premières clôtures, quelques piquets ont forcément été changés, mais les fils sont comme au premier jour. Dégradées par les UV, les premières cordelettes électrifiées en nylon utilisées pour barrer les entrées ont toutes été renouvelées.

Tout le parcellaire n’est pas encore équipé mais cela progresse ! Michel Pessot en a simultanément profité pour redessiner certains couloirs d’accès desservant les pâtures de façon à faciliter le déplacement des lots. Une partie des prairies sont désormais équipées de barrières galvanisées devant lesquelles il n’y a pas de fil. « On s’est rendu compte que quand des veaux fraîchement mis à l’herbe prenaient une « châtaigne » avec le fil qui fermait l’entrée de la parcelle, ils étaient ensuite souvent réticents pour repasser là où ils s’étaient fait piquer. »

Les pâtures réparties sur les deux principaux blocs de l’exploitation sont branchées avec des électrificateurs sur secteur avec en complément des postes solaires mobiles pour les parcelles plus isolées. « On budgétise environ 1000 €/an pour les clôtures. On fait les pieux nous-mêmes. Mon père a un petit bois d’acacia. Mais faire de jolis pieux, c’est du boulot ! Avec l'électrique, on a réduit nos besoins. Et ce n'est pas plus mal ainsi ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande