Aller au contenu principal

Quatre scénarios prospectifs à échéance 2025

Dans quel contexte évolueront les fermes à horizon 2025 ? Une prospective a été réalisée par les services du ministère de l’Agriculture. Quatre scénarios sont proposés.

Entre conjoncture morose, importance des investissements, remise en cause du métier et du produit, incertitudes liées à la PAC et au climat… bien des jeunes s’interrogent. Et manifestement leurs interrogations interrogent à leur tour les hautes sphères de l’administration.

Scénarios contrastés mais plausibles

Une prospective a été réalisée par les services du ministère de l’Agriculture. Elle ne se cantonne pas à la viande bovine mais globalise la réflexion à l’ensemble des productions. Souhaitables ou non, quatre scénarios contrastés mais plausibles ont été retenus.

Les auteurs ont estimé qu’à échéance 2025, différentes constantes s’appliqueront à l’agriculture. Les exploitations seront forcément impactées par les attentes de la société (moindre utilisation des phytosanitaires, réduction des gaz à effet de serre…). Autre constante, le recul prévisible du départ à la retraite, lequel se traduira par un recours accru à des entreprises et un désinvestissement chez ces éleveurs âgés. Avec des exploitations de dimension de plus en plus conséquente le montage financier pour les transmettre sera forcément complexe. Dans certains scénarios il est envisagé l’ouverture du capital à des tiers. Sans exclure non plus de permettre à l’aval et à des fonds d’investissement d’entrer au capital des entreprises agricoles. Lesquelles seraient alors considérées comme n’importe quelle PME lors de la transmission.

Chaque scénario s’inscrit dans des contextes économiques pouvant être différents : prix des matières premières agricoles, poids de l’aval, place des circuits de proximité… L’autre grosse variable réside dans le devenir des aides compensatoires : aides couplées ou non, aide unique à l’hectare, nationale ou européenne, remplacement des aides directes par des dispositifs assurantiels, mesures incitatives ou non pour accompagner les changements de pratiques, plus ou moins grande latitude donnée aux régions pour mettre en œuvre des politiques agricoles…

Les quatre scénarios sont plus ou moins optimistes si l’on s’en tient au souhait de voir perdurer des exploitations familiales. Prédire le devenir de l’agriculture est forcément un exercice difficile. Il convient évidemment d’analyser ce travail avec recul. Il s’agit d’abord et avant tout de pistes de réflexions.

En savoir plus

Transmission en agriculture 4 scénarios prospectifs à 2025, rapport de 120 pages facile à trouver en tapant son titre sur un moteur de recherche sur internet. Il est la réponse à une lettre de mission adressée en 2014 par le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture au Conseil général de l’alimentation de l’agriculture et des espaces ruraux.

Les quatre scénarios

1- Le scénario Des agricultures héritées conduit à un prolongement des tendances antérieures. Le budget consacré à la PAC ne connaît pas de remise en cause majeure en 2020 mais s’érode lentement. L’évolution des modalités du soutien s’inscrit dans une harmonisation des aides découplées et un maintien des aides couplées. Le contexte économique reste dominé par la volatilité des prix. La hausse des intrants demeure. L’aval (IAA et distribution) continue à renforcer son pouvoir sur l’amont.

2- Dans le scénario Des agricultures contractualisées, les soutiens communautaires sont réduits. Le choix d’une « PAC assurantielle » consolide l’approche entrepreneuriale d’une agriculture qui contractualise avec l’aval. Le second pilier de la PAC évolue dans un double mouvement : soutien de certaines productions et ouverture plus large au développement rural non agricole. Les exploitations sous forme sociétaires progressent. Le nombre d’agriculteurs diminue et certains territoires fragiles sont marginalisés.

3- Dans le scénario Des fermes firmes, l’agriculture s’inscrit dans le mouvement de libéralisation de l’économie. Les aides découplées sont fortement réduites et harmonisées au niveau européen en vue de leur disparition. Les mécanismes de régulation des marchés et les aides couplées sont supprimés. Le second pilier de la PAC est réorienté sur le développement rural hors agriculture. Industriels et distributeurs tendent à intégrer la production. Les fermes prennent la forme de PME.

4- Le scénario Des agricultures territorialisées s’appuie sur la proximité. Les aides découplées à l’hectare sont réduites et harmonisées au niveau national, les aides couplées aux productions sont réservées à certains territoires, le verdissement des aides est renforcé. Avec le soutien des pouvoirs publics, les agriculteurs développent une activité diversifiée et écologiquement intensive dans des entreprises le plus souvent sous responsabilité familiale. La PAC reste forte. Le métier reste attractif et attire de nouveaux profils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande