Aller au contenu principal

Quatre facteurs expliquent les écarts de charges de mécanisation en élevage bovins viande

Le projet de recherche Mécalibre, conduit par la chambre d’agriculture et l’Union des Cuma des Pays de la Loire, a élaboré une nouvelle méthode d’analyse des charges de mécanisation.

Elevage bovin allaitant. Equipement pour l'alimentation des bovins. Mélangeuse compacte à deux vis verticales Kuhn. Machinisme agricole. Distribution de la ration.
© Kuhn

« Mécalibre est né du constat de l’explosion depuis 2019 des charges de mécanisation et de l’hétérogénéité sur ce poste au sein des groupes Inosys », explique Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. L’analyse des résultats des élevages Inosys, complétée par une enquête sur les raisons des choix de mécanisation, a permis d’établir des fiches de référence de mécanisation la plus ajustée. 

 

Lire aussi : Les charges de mécanisation sont devenues le premier poste de dépenses dans les élevages bovins viande

Elle a aussi révélé quatre points qui expliquent les écarts de charges de mécanisation. « Le premier point est le système d’élevage, selon notamment les stocks à récolter et à distribuer, indique Vincent Lambrecht. Un naisseur engraisseur, qui a des animaux en bâtiment, a plus de charges de mécanisation qu’un naisseur tout pâturant. » Le deuxième point concerne la surmécanisation possible. Le troisième fait référence à l’itinéraire technique, plus ou moins gourmand en mécanisation. Enfin, le quatrième point, appelé stratégie Mécalibre, englobe la politique d’investissement selon que l’éleveur investit seul, mutualise, en copropriété ou en Cuma, délègue, à une ETA ou à une Cuma, qu’il renouvelle souvent ou non son matériel et qu’il fait le choix du neuf ou de l’occasion.

34 % des coûts de mécanisation liés à l’investissement

Une méthode d’analyse des charges de mécanisation a été élaborée à partir de ces quatre facteurs. « Dans un même système, il peut y avoir de gros écarts, note Vincent Lambrecht. Les charges de mécanisation exprimées en euro pour 100 kgvv permettent de se positionner. » La surmécanisation éventuelle peut être analysée si on exprime les charges en cv/ha ou euro/ha. 

La performance de l’itinéraire technique est examinée par les litres de fuel/ha ou les heures de tracteur/ha. Quant à la politique d’investissement, elle peut être analysée en exprimant les charges de mécanisation en euro/UTH. « En moyenne, 34 % des charges de mécanisation sont liées à l’investissement. L’utilisation du matériel affecte aussi beaucoup le coût. Et la cohérence entre puissance disponible et besoin en puissance est essentielle. » 

Lire aussi : « En désintensifiant, nous avons réduit nos charges de mécanisation »

Une formation sur deux jours a été mise en place pour aider les éleveurs à se positionner sur ces quatre points par rapport aux références. « Elle associe huit à dix éleveurs qui peuvent ainsi échanger et réfléchir aux moyens de réduire leurs charges de mécanisation, précise le spécialiste. Ce temps d’échange doit donner à l’éleveur une vision à court terme (arrêter le labour, changer un outil…), moyen terme (stratégie de renouvellement, délégation ponctuelle…) et long terme (changement de système, délégation totale…). » 

La délégation plébiscitée mais peu appliquée

Selon l’enquête, 78 % des éleveurs voudraient déléguer. Pourtant, les données révèlent que seulement 5 % des heures sont confiées à un tiers. Les tâches à déléguer sont surtout l’entretien mécanique, les épandages et les préparations de sol. Le projet de recherche Mécalibre montre également qu’il y a davantage d’investissements sur la traction et l’élevage que sur les cultures et les récoltes.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Assurance prairies : l’indice Airbus doit encore convaincre

Les interrogations sur la fiabilité de l’indice satellitaire d’Airbus qui mesure la pousse de l’herbe freinent le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande