Aller au contenu principal

Près de 300 animaux au National Salers en Corrèze

Du 23 au 25 septembre se tenait à Brive, en Corrèze, le concours National Salers. Près d’une cinquantaine d’éleveurs sont venus présenter leurs animaux, en provenance du Cantal mais aussi de l’Orne, de Seine-Maritime ou encore de l’Allier et du Calvados.

« Voilà deux ans qu’il n’y a pas eu de National », s’exclame Frédéric Canal, président du Herd Book Salers. Et pour son retour, le choix a été fait de le localiser à Brive, en Corrèze. « Le dernier national en Corrèze avait eu lieu en 1967 à Saint-Privat », observe-t-il. Même si la race Salers est présente dans le département, cette localisation n’a pas fait l’unanimité parmi les éleveurs. Dans les coulisses et le ring, quelques tensions se font sentir, ce qui fait dire à certains que le peu d’animaux présents pour le concours, « environ 280 au lieu de 400 », en serait la cause. « Le nombre d’animaux est un peu faible, mais ils sont de très bonne qualité », soulignent plusieurs éleveurs, insistants cependant sur l’importance de la cohésion entre éleveurs. Pour d’autres, « préparer des animaux au concours, cela coûte cher. Brive ce n’est pas à côté. Il n’est pas possible de rentrer le soir pour soigner les animaux. Il faut payer l’hôtel aussi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 €
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les vaches et les veaux raffolent des betteraves.
« Mes vaches Blondes pâturent des betteraves entre deux prairies »
Le Gaec Hily, à Plomodiern, dans le Finistère, cultive la betterave fourragère depuis de nombreuses années pour l’intégrer à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande