Aller au contenu principal

Possibilité de tester l’étiquetage des viandes transformées

La France va pouvoir expérimenter l’étiquetage de l’origine des viandes transformées dans les plats préparés. Bruxelles a donné son aval.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué dans le 14 mars un communiqué de presse, que « la Commission européenne a donné un accord de principe à la France pour expérimenter l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés ». Cette expérimentation devrait durer un an. La France plaide pour la mise en place de ce dispositif depuis la fraude avérée de lasagnes à la viande de cheval vendues comme étant préparées avec de la viande de bœuf. Comme la Commission européenne estime ce dispositif trop coûteux à mettre en œuvre, elle refuse de l’imposer au niveau de l’ensemble des pays de l’UE. La France est prête à publier un décret depuis plusieurs semaines pour le mettre en place à l’intérieur de ses frontières. Ce texte prévoit l’étiquetage obligatoire de l’origine des produits transformés contenant plus de 50 % de viande ou de lait. Pour les préparations contenant des produits carnés, y seraient indiqués les pays de naissance, d’engraissement et d’abattage.

« Le principe est acté, donc on est en discussion avec la DG Santé pour caler le texte de notre décret, pour qu’il soit cohérent avec les règles communautaires et au niveau national avec le Conseil d’État », a expliqué Stéphane Le Foll qui espère une prochaine entrée en application de cette décision.

Accélérer la mise en œuvre de ce dispositif

« Aujourd’hui selon l’étude récente de l’UFC-Que choisir, 54 % des produits ne mentionnent pas l’origine de la viande qu’ils contiennent », rappellent la FNSEA, les JA et Coop de France. Et de demander « que l‘expérimentation soit mise en place au plus vite par les pouvoirs publics français, afin de transformer l’essai et d’en démontrer les bénéfices. Il s’agit d’un match pour la transparence dans lequel les producteurs, les transformateurs et les consommateurs doivent jouer collectifs ».

« Interbev se félicite de la décision de la Commission européenne d’autoriser la France à expérimenter durant un an l’étiquetage de l’origine des viandes dans les plats transformés », annonce un communiqué de l’interprofession qui voit en cette décision une nouvelle étape vers une réglementation « enfin généralisée sur l’origine des viandes ». Culture viande en appelle désormais à une mise en œuvre rapide. « La décision politique étant prise, il serait, en effet, insupportable que des délais administratifs viennent retarder cette mesure attendue par la plupart des maillons de la filière viande, et particulièrement des consommateurs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande