Aller au contenu principal

Au Gaec Bos Alric et fils
Plus de 100 femelles d’élevage vendues par an

Avec un cheptel réparti sur deux sites, le Gaec Bos-Alric, lauréat des Sabots d’Or en 2016 en race Aubrac, fait vêler un peu plus de 250 femelles par an. Qualités maternelles et capacité à se satisfaire des seuls fourrages grossiers font partie des priorités côté sélection.

Depuis leur installation à Cézens dans le Cantal, voici quarante ans, avec seulement huit vaches, l’exploitation d’Evelyne et Michel Bos a bien évolué. Le cap des 200 mères a été franchi il y a quinze ans. Aujourd’hui, en Gaec avec leurs deux fils Frédéric et Thierry, le cheptel totalise un peu plus de 250 vêlages par an. En hiver, les animaux sont répartis sur deux sites distants de 37 km : l’un à Cézens, à 1 100 m d’altitude sur le flanc Est des monts du Cantal, et l’autre sur le flanc Sud, à Raulhac à 700 m d’altitude. C’est là que sont cultivés 10 ha d’ensilage de maïs sur la seule parcelle aisément labourable, de façon à disposer d’un fourrage bien adapté à la repousse des broutards. Le reste du parcellaire est totalement dévolu à l’herbe. La sélection du cheptel vise donc à avoir des animaux les mieux à même d’utiliser cette ressource en allant la chercher quel que soit le relief, l’altitude et la météo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
infographie export de bovins vifs sur pays tiers
Maghreb et Moyen-Orient ont faim de viande sur pied
Les exportations de bovins vivants vers les pays tiers diversifient les débouchés du bétail français. Les pays du pourtour sud et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande