Aller au contenu principal

Pas de concours National Limousin en 2020

L’épidémie de coronavirus et les incertitudes qui l’accompagnent pour cet automne on conduit les responsables de France Limousin Sélection à annuler le prochain Concours National Limousin. L’édition 2021 aura lieu en septembre à Limoges et sera couplée au Congrès International Limousin qui doit réunir les acteurs de la sélection des principaux pays où est élevée la race limousine.

L’édition 2019 du Concours National Limousin avait eu lieu à Périgueux en Dordogne et l’édition 2021 se déroulera en 2021 au cœur de Limoges, comme cela aurait du être le cas cette année.
© F. d'Alteroche

Cela aurait du être la fête dans le centre-ville de Limoges en mettant en avant le fleuron de la génétique Limousine, mais aussi l’élevage, la viande et la gastronomie. Le coronavirus et ses conséquences sanitaires en ont décidé autrement. Les organisateurs du Concours National Limousin qui aurait dû avoir lieu les 18, 19 et 20 septembre prochains viennent donc de prendre la décision d’annuler l’édition 2020. France Limousin Sélection, l’Organisme de Sélection de la race Limousine, organisatrice de ce concours met en avant « le contexte d’état d’urgence sanitaire prolongé » et les « nombreuses incertitudes quant à la possibilité d’organiser sereinement des manifestations grand public d’envergure. »

Une somme de choix responsables

Jamais, depuis que le Concours National Limousin se déroule dans sa forme actuelle (1986), celui-ci n’avait dû être annulé. « Cette décision, prise à regret, s’appuie sur une somme de choix responsables. » explique France Limousin Sélection. Il y a d’abord la volonté de protéger de tout risque sanitaire les participants au concours, qu’ils soient exposants ou visiteurs. Cette décision prise bien en amont doit aussi permettre d’éviter aux éleveurs exposants d’engager inutilement des frais pour la préparation des animaux. Les organisateurs font également état de leur volonté « d’éviter de mobiliser des moyens humains, logistiques et financiers pour une manifestation dont la tenue reste hypothétique ». Il s’agit également de « permettre aux collectivités territoriales ainsi qu’aux partenaires privés d’orienter leurs accompagnements financiers vers de nouvelles priorités, dans une période où l’économie souffre et dans laquelle ils sont particulièrement sollicités et éprouvés. » La volonté est également de « ne pas prendre le risque d’organiser une manifestation qui ne serait pas à la hauteur des précédentes éditions. » D’autant que Limoges est aussi une ville clé car située au cœur du berceau de la race.

L’édition 2021 à Limoges couplée au Congrès International Limousin

Le prochain Concours National Limousin aura donc lieu en septembre 2021 dans le centre-ville de Limoges comme cela aurait dû être le cas cette année. Il sera couplé au Congrès International Limousin, lequel permet réunir les différents acteurs de la sélection des principaux pays où est élevée cette race.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande