Aller au contenu principal

Nouveau frigo à Montmorillon

Dans la Vienne. Un nouveau frigo a été inauguré en décembre à l’abattoir de Montmorillon. D’une capacité de 150 carcasses, il permettra de faire mâturer dans de bonnes conditions une partie des quartiers provenant des animaux abattus dans cet outil. Avec 85 % des tonnages, le principal utilisateur de cet abattoir est Union France Limousin, une union de coopératives entre Celmar et Corali. UFL abat des animaux à Montmorillon depuis 2006 et a fait passer les tonnages abattus de 2500 à 8000 tonnes. Les premières années, UFL utilisait cet abattoir pour les seuls taurillons destinés aux marchés d’exportation (Italie, Grèce et Pays-bas). Leurs carcasses étaient expédiées par camion au plus tard 24 heures après abattage. « Au vu de la fluctuation et de l’incertitude de ces marchés, UFL a fait le choix de diversifier ses activités en positionnant une part croissante de ces dernières sur le marché français », explique Jean-Baptiste Moreau, président de Celmar et de UFL.

Une partie des JB sont désormais vendus à Paris et en région parisienne principalement dans des boucheries hallal. Des vaches et génisses sont par ailleurs vendues à Paris, Bordeaux et sur la côte atlantique. Mais ces carcasses nécessitent un passage en frigo plus long (au moins 7 jours à température constante) afin que la viande mature. L’exiguïté des lieux ne permettait pas, jusque là, de mener cette opération dans de bonnes conditions. La mise en place de la nouvelle chambre froide va permettre d’y remédier. Dans un futur proche, l’objectif est de développer l’activité tant pour la partie mâle que femelle pour lui faire passer le cap des 10 000 tonnes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande