Aller au contenu principal

Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022

L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de la canicule et de la sécheresse en cours risquent d’aggraver le phénomène avec la nécessité d’ajuster les cheptels aux stocks de fourrages disponibles pour passer l’hiver.

La terrible sècheresse en cours est un possible facteur agravant de la décapitalisation constaté depuis l'automne 2016 sur le cheptel allaitant.
© F. d'Alteroche

L’évolution favorable du prix des animaux maigres comme des animaux finis semble n’avoir aucun impact bénéfique sur la dynamique des effectifs du cheptel allaitant français. Mois après mois, années après années, la tendance est toujours franchement à la baisse avec la poursuite de l’érosion des effectifs entamée à l’automne 2016. « Le recul du cheptel allaitant s’est encore accéléré en mai. Au 1er juin, le nombre de vaches allaitantes présentes en France affichait un recul de -3,1% /2021. Les effectifs de génisses de 24 à 36 mois étaient par ailleurs en baisse de -2,3%. » explique l’Institut de l’élevage dans sa dernière note mensuelle de conjoncture. Il y avait à peine 3,65 millions de vaches allaitantes le premier juin dernier contre pratiquement 3,9 millions trois ans plus tôt.

Regards tournés vers le ciel

Bien des regards sont désormais tournés vers le ciel. La sécheresse et le troisième épisode caniculaire en cours font actuellement griller tous les espoirs pour les maïs avec même la nécessité d’ensiler dans l’urgence ceux qui n’auront pas pu être irrigués. L’autre conséquence directe de cette météo catastrophique du printemps puis de l’été 2022 est l’obligation dans un nombre croissant d’élevages de taper dès à présent dans les stocks d’hiver pour nourrir les animaux. Avec des nuances selon les départements compte tenu des stocks qui ont pu être réalisés au printemps ou qui restaient disponible après la bonne récolte 2021, c’est une donnée supplémentaire qui laisse à penser que la décapitalisation en cours a bien peu de chance de s’enrayer. Elle pourrait même s’aggraver si cette maudite météo de l’été 2022 s’éternise encore plusieurs semaines.

Moins de vaches donc moins de veaux

Tout cela aura bien entendu un impact sur le volume d’animaux qui seront disponibles dans quelques mois pour être engraissés en France ou hors de nos frontières. Déjà au cours des 11 premiers mois de la campagne de vêlage 2021/2022, il est né 3 279 000 veaux de mère allaitante. « Cela représente un recul de -3,4% comparativement aux onze premiers mois de la campagne 2020-21 et -4,1% par rapport aux chiffres de 2019-2020. » Cette évolution défavorable concerne tout particulièrement la Charolaise et la Blonde. « Les effectifs de Blonds d’Aquitaine et de Charolais de 6 à 12 mois ont davantage reculé, respectivement de -11% et -3% /2021, tandis que les effectifs de Croisés (-2% /2021) et de Limousins (-1%) ont mieux résisté. » précise l’Institut de l’élevage.

Recul de l’export vers l’Italie et surtout l’Espagne

Autre évolution flagrante, les exportations d’animaux maigres subissent un revers depuis le début de l’année, du fait du repli des naissances et du léger regain d’intérêt constaté pour l’engraissement en France. « Selon les Douanes, la France avait exporté 289 000 broutards mâles et femelles vers l’Italie de janvier à avril 2022, soit un recul de -7% /2021 et 2020 (-23 000 têtes), plus faible que les exportations totales françaises (-11% /2020). Signe d’une bonne demande en Italie pour le broutard français. » analyse l’Institut de l’élevage. Le recul est bien plus sensible pour les exportations vers l’Espagne avec selon les chiffres des douanes 29 000 broutards exportés vers les ateliers espagnols entre janvier et avril, soit -41% /2021 (-21 000 têtes) et -39% /2020. La catégorie la plus affectée est celle des broutards légers (160-300 kg).

 

Lire aussi : Les pays du pourtour méditerranéen importent davantage de viande bovine et moins d’animaux vivants
Lire aussi : Pourquoi le prix des bovins mâles progresse depuis fin 2021

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande