Aller au contenu principal

SIA 2024 : Metro France renforce ses engagements dans la filière « Éleveur & Engagé »

Lundi 26 février 2024, à l'occasion du Salon de l'Agriculture, Metro France a signé une convention qui cadre le prix des bovins pour la restauration hors domicile dans la filière « Éleveur et Engagé ». Le grossiste a annoncé le déploiement de la démarche dans dix nouvelles halles franciliennes.

Photo des signataires de la convention "Éleveur et engagé"
La Fédération nationale bovine, associée à Jeunes Agriculteurs, et le grossiste Metro France ont signé, le 26 février 2024 au Salon de l'agriculture une nouvelle version de leur convention de partenariat « Éleveur & engagé ». De g. à d. : Damien Deschamps (Metro France), Cédric Mandin (FNB), Patrick Bénézit (FNB), Sébastien Groschene (EVA), Cynthia Mérope (Metro France), Jordy Bouancheau (JA)
© AL Galon

Metro France et la Fédération Nationale Bovine (FNB), associée à Jeunes Agriculteurs (JA), ont signé le lundi 26 février 2024 au Salon de l’Agriculture une nouvelle version de leur convention de partenariat « Éleveur et Engagé », qui établit des conditions de fixation de prix pour des animaux destinés au spécialiste de la restauration. Une signature à laquelle ont aussi participé deux abatteurs (Puygrenier et EVA), ainsi que le réseau d’organisations de producteurs Elvea Île-de-France. « Nous sommes très sensibles au volet rémunération, et il est important pour nous de porter ces valeurs-là et d’alimenter cette chaîne de valeur de l’amont jusqu’à la restauration », affirme Cynthia Mérope, Directrice des achats et du marketing de Metro France.

Un prix basé sur les coûts de production

Le prix d’achat aux éleveurs dépendra à 80 % du coût de production tel que défini par l’Institut de l’élevage et validé par l’interprofession, et à 20 % du prix du marché. À ce calcul s’ajouteront des frais d’approche de 18 centimes par kilo. Pour répondre aux besoins des restaurateurs, la convention concerne des animaux de race charolaise de moins de huit ans, répondant à des critères d'âge, d’engraissement et de conformation.

Alors que la restauration hors domicile représente une part de plus en plus importante dans la consommation française de viande bovine, la FNB et JA saluent l’engagement de Metro et appellent les acteurs territoriaux à se saisir de cette convention.

Un partenariat étendu à dix nouvelles halles en région parisienne 

Le grossiste avait testé la démarche « Éleveur et Engagé » dès 2019 dans cinq de ses entrepôts (Nanterre, Nantes, Caen, Rouen et Rennes). Depuis, elle est « en constante progression », confirme Damien Deschamps, Chef de groupe achats boucherie et volaille chez Metro France. En 2023, 163 bêtes étaient vendues sous la marque « Éleveur et Engagé » dans quinze halles Metro en 2023 ; en 2024, la démarche sera étendue à dix nouvelles halles en Île-de-France avec un objectif de cinq bêtes par semaine en rythme de croisière.

« Nous le voyons, par l’action des acteurs de la filière et ici Metro France, il est possible de payer les producteurs en prenant en compte les indicateurs de coûts de production de référence, telle que défini par les lois Egalim », déclare Patrick Bénézit, président de la FNB.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande