Aller au contenu principal

MDB fait le lien entre les éleveurs et leurs clients

Un nouveau concept de vente de viande aux particuliers a été mis en place dans le centre de la France. Il épargne aux éleveurs le fastidieux travail de suivi clientèle et de préparation des commandes.

Jean Pierre et Gilles Augros, Yann Mathioux et Marc Didienne et Laurent Boudet sur l’exploitation de ce dernier.
© F. d'Alteroche

Pour décharger les éleveurs adeptes de la vente directe du suivi des clients et de la livraison, la société MDB - pour « Mangez Du Boeuf »-, une émanation du cabinet de nutritionnistes indépendants BDM, a mis en place un nouveau service. Il démarre sur des chiffres modestes, mais conformes aux objectifs posés par Marc Didienne et Yann Mathioux, ses instigateurs. Sur le principe - proposer de la viande en caissettes à des particuliers ou des restaurants - il n’a rien de novateur. Son fonctionnement l’est davantage, dans la mesure où cette société prend en charge un points clé de la vente directe qui rebute bien des éleveurs. À savoir le fastidieux travail de démarchage, prise de commande, livraison puis suivi après-vente et relance des clients. « Notre objectif est de proposer aux élevages clients de notre cabinet une meilleure rémunération que les prix de marché avec surtout un prix stable et connu à l’avance », précise Marc Didienne. L’éleveur est seulement chargé de livrer sa bête à l’abattoir de Saint Amand-Montrond dans le Cher, lequel a été retenu pour sa proximité avec les quatre premiers élevages concernés, associé à la possibilité de faire réaliser sur place, en prestation de service, le conditionnement sous vide des différents muscles.

Démarrage modeste dans quatre élevages

La volonté est de démarrer de façon modeste. Il s’agit dans un premier temps de rôder cette nouvelle façon de vendre autour de quatre élevages situés dans l'Allier et dans l'Indre, particulièrement motivés par ce projet en proposant trois races différentes. « Depuis le début de l’année, on est sur une moyenne de trois bêtes par mois. L’objectif est de doubler ce chiffre d’ici la fin de l’année. » L'activité pourrait alors concerner huit élevages. Vaches et génisses sont réglées 4,50 € du kilo carcasse aux éleveurs et ce prix est fixé pour l’année. Sur le plan pratique, une fois l’animal livré à l’abattoir, la société MDB s’occupe de tout. La viande est proposée en colis de 10 ou 20 kilos. Poids qui ont l’avantage de simplifier et homogénéiser leur composition. « Nous préférons parler de 1/16° ou 1/32°. Ce sont des quantités importantes. Nous sommes conscients que c’est un frein pour certains acheteurs. On ne propose pas de viande hachée mais on explique à nos clients comment procéder. On vise les « mangeurs de viande ». » Côté tarifs, les colis sont vendues 14,50 € du kilo pour du Charolais et 15 € pour les Limousines et les Salers.

Réseau de vendeurs à domicile

La SAS MDB est une structure légère. Elle n’a pas de bâtiments, pas de magasins, pas de salariés. « On travaille de chez nous avec un téléphone et un ordinateur. On est en train de monter un réseau de vendeurs à domicile, fonctionnant à l’image de ce que font d’autres entreprises (Tupperware...). Ils doivent connaître la viande, l’élevage et apporter des suggestions à la clientèle pour apprécier et utiliser au mieux tous les muscles. Tous les clients potentiels proposés par les éleveurs (famille, amis, voisins…) sont les bienvenus ! »

« Cette proximité permet de reconquérir des clients qui, sans cesser d’avoir consommé de la viande bovine, en mangeaient beaucoup moins », explique Marie Leroy, épouse d’éleveur et partie prenante dans ce réseau. Et cette dernière de souligner, comme la plupart des acteurs de la vente directe, que bouche à oreille et réseaux sociaux donnent de bons résultats pour gagner de nouveaux clients. Proposer des animaux dont l’abattage est garanti non halal permet aussi  d’élargir la clientèle. « Nous avons démarré cette activité avec deux éleveurs de Charolais, un de Salers et un de Limousines, mais à terme notre objectif est de l'élargir aux autres races à viandes. » 

En savoir plus

http://www.viande-du-nutritionniste.com/ est un site destiné à présenter les élevages et permettre des prises de commandes en ligne. Il vient suppléer au réseau de vendeurs actuellement en cours de constitution.

"Une vraie satisfaction"

Laurent Boudet est un des quatre éleveurs fournisseurs. Client depuis plusieurs années du cabinet BDM, son exploitation est située à quelques kilomètres au nord de Montluçon. Il conduit 200 mères charolaises et finit toutes ses femelles avec une ration complète associant enrubannage de luzerne et céréales aplaties. « Tout ce qui est donné aux animaux est produit sur l’exploitation. Je ne valorise dans ce nouveau circuit que des jeunes vaches réformées après un ou deux vêlages. Cela ne représente donc qu’une faible proportion des animaux finis sur mon exploitation. Le fait de pouvoir entrer en contact avec des clients satisfaits de la qualité de la viande qui leur a été livrée est une vraie satisfaction. C’est particulièrement réconfortant, surtout dans le contexte actuel. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande