Aller au contenu principal

L’installation, un enjeu majeur pour la filière bovins viande

La transmission des exploitations est essentielle en région Pays de la Loire pour maintenir la filière bovins viande ligérienne.

Au cœur de la journée viande bovine, l’épineux sujet de la transmission a été débattu par (de gauche à droite), Jean-Christophe Leguillon, conseiller d'entreprise à la chambre d'agriculture, Mathieu Langelier, associé du Gaec Langelier, Élodie Tironneau, chargée d'expertise au Crédit Agricole Anjou Maine et Lydie Bernard, vice-présidente du conseil régional en charge de l'agriculture.
Au cœur de la journée viande bovine, l’épineux sujet de la transmission a été débattu par (de gauche à droite), Jean-Christophe Leguillon, conseiller d'entreprise à la chambre d'agriculture, Mathieu Langelier, associé du Gaec Langelier, Élodie Tironneau, chargée d'expertise au Crédit Agricole Anjou Maine et Lydie Bernard, vice-présidente du conseil régional en charge de l'agriculture.
© C. Delisle

L’enjeu de l’installation, au regard du grand nombre d’actifs proches de la fin de carrière, a été abordé lors d’une table ronde, à la journée viande bovine de la Sarthe, organisée par la chambre d’agriculture et le Seblis (syndicat des éleveurs limousins de la Sarthe). L’occasion d’échanger sur les freins et d’entrevoir les clés de réussite.

Lire aussi : Faciliter l’installation en viande bovine

« L’enjeu est important pour notre région, première productrice de viande bovine. Si on perd cette filière, on perd notre identité. C’est pourquoi nous avons mis en place des territoires pilotes pour favoriser la transmission », souligne Lydie Bernard, éleveuse et vice-présidente du conseil régional en charge de l’agriculture. Mathieu Langelier qui s’est installé en 2016 avec ses parents à Moncé-en-Saosnois dans la Sarthe a rappelé que pour s’installer dans cette production, il ne fallait pas manquer de motivation et être passionné. Pour lui, avoir une expérience à l’extérieur est un bon préalable pour prendre du recul par la suite.

Des capitaux qui affectent la rentabilité

Lire aussi : Fermes en ViE finance des projets d’installation sur des fermes agroécologiques

La reprise de capitaux qui entérine sur le long terme la rentabilité des exploitations, a bien entendu été soulignée par l’ensemble des intervenants et se cumule avec le facteur prix. « Les capitaux représentent un sujet qui ressort largement pour l’avenir de cette filière. Aussi, un fonds à l’installation a été créé dans la région. Les jeunes ont besoin d’un vrai différé d’investissement pour s’installer. Il est également essentiel de recoller les mots transmission et installation pour réussir la passation cédant repreneur », rapporte Lydie Bernard. Pour limiter la charge des capitaux, Jean-Christophe Leguillon, conseiller d’entreprise à la chambre d’agriculture a insisté sur la nécessité de contenir les charges de mécanisation. Il insiste sur l’importance de « se créer une trésorerie de guerre pour passer les crises les cinq premières années. »

Lire aussi : La Holding a permis la transmission de l’exploitation de nos parents sans fiscalité excessive

Élodie Tironneau du Crédit agricole Anjou Maine a, quant à elle, souligné tout l’intérêt de la contractualisation pour rassurer les banques, lors de l’étude d’un dossier d’installation. Pour Matthieu Langelier, le cheptel est un outil de production, « il fait partie du capital. Il serait intéressant de pouvoir le financer sur une durée plus importante, au même titre que du foncier ». La lourdeur et la complexité des différentes procédures administratives inhérentes à toute installation ont également été évoquées lors de cette table ronde.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande