Aller au contenu principal

L’impact de la crise et de la météo sur les effectifs et les naissances

D’après les données statistiques de la base de données nationale de l’identification, le nombre de vaches allaitantes affichait un recul de 2,2 % entre le 1er mai 2017 et le 1er mai 2018, soit - 91 000 têtes. Entre 2016 et 2017, l’érosion des effectifs avait été contenue sur les premiers mois de l’année puis a très nettement eu tendance à se dégrader à partir de la fin de l’été.

Le graphique ci-dessous est une synthèse de l’évolution des naissances et de l’évolution du cheptel entre 2016 et 2017 pour les principales races qui composent le troupeau allaitant français. Entre dégoût des producteurs, lassés de plusieurs années de prix au ras des pâquerettes pour certaines catégories de gros bovins, cessations d’activité et préférence souvent donnée au labourage et non au pâturage dans les territoires où les conversions de surface sont encore possibles, le cheptel allaitant français évolue. Même si le phénomène gagnerait à être analysé sur un plus grand intervalle de temps, les réorientations de cheptels laitiers vers des cheptels allaitants, en particulier dans le Massif central, expliquent pour partie la progression des effectifs Limousin et Aubrac. La mauvaise année climatique 2016 avec des mois de mai et juin particulièrement humides dans certaines régions, en particulier le grand quart Nord-Est du pays, s’est souvent traduite par des performances de reproduction bien médiocres pour les vaches mises à la reproduction à compter de la mise à l’herbe 2016. La mauvaise qualité des fourrages récoltés ce même printemps n’a pas amélioré les choses. Cela explique pour partie le recul du nombre de naissances entre 2016 et 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
La Loi de santé animale modifie la prophylaxie IBR
Dès cet automne, la prophylaxie IBR s’allège pour les élevages qualifiés, mais accroit sa pression sur ceux qui ne sont entrés…
Les vaches fraîches vêlées sont plus faciles à traire juste après la mise bas lorsque leur principale préoccupation est de s’occuper des veaux nouveau-nés.
« Je drenche les veaux avec le colostrum juste après vêlage »
Sébastien Labrune est convaincu de l’intérêt d’une bonne gestion du colostrum. Le suivi colostral au niveau du troupeau va lui…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande