Aller au contenu principal

L’impact de la crise et de la météo sur les effectifs et les naissances

D’après les données statistiques de la base de données nationale de l’identification, le nombre de vaches allaitantes affichait un recul de 2,2 % entre le 1er mai 2017 et le 1er mai 2018, soit - 91 000 têtes. Entre 2016 et 2017, l’érosion des effectifs avait été contenue sur les premiers mois de l’année puis a très nettement eu tendance à se dégrader à partir de la fin de l’été.

Le graphique ci-dessous est une synthèse de l’évolution des naissances et de l’évolution du cheptel entre 2016 et 2017 pour les principales races qui composent le troupeau allaitant français. Entre dégoût des producteurs, lassés de plusieurs années de prix au ras des pâquerettes pour certaines catégories de gros bovins, cessations d’activité et préférence souvent donnée au labourage et non au pâturage dans les territoires où les conversions de surface sont encore possibles, le cheptel allaitant français évolue. Même si le phénomène gagnerait à être analysé sur un plus grand intervalle de temps, les réorientations de cheptels laitiers vers des cheptels allaitants, en particulier dans le Massif central, expliquent pour partie la progression des effectifs Limousin et Aubrac. La mauvaise année climatique 2016 avec des mois de mai et juin particulièrement humides dans certaines régions, en particulier le grand quart Nord-Est du pays, s’est souvent traduite par des performances de reproduction bien médiocres pour les vaches mises à la reproduction à compter de la mise à l’herbe 2016. La mauvaise qualité des fourrages récoltés ce même printemps n’a pas amélioré les choses. Cela explique pour partie le recul du nombre de naissances entre 2016 et 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
Top 5 des taureaux d’IA les plus utilisés en 2020 en races allaitantes

L’Institut de l’Elevage a analysé les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande