Aller au contenu principal

L’impact de la crise et de la météo sur les effectifs et les naissances

D’après les données statistiques de la base de données nationale de l’identification, le nombre de vaches allaitantes affichait un recul de 2,2 % entre le 1er mai 2017 et le 1er mai 2018, soit - 91 000 têtes. Entre 2016 et 2017, l’érosion des effectifs avait été contenue sur les premiers mois de l’année puis a très nettement eu tendance à se dégrader à partir de la fin de l’été.

Le graphique ci-dessous est une synthèse de l’évolution des naissances et de l’évolution du cheptel entre 2016 et 2017 pour les principales races qui composent le troupeau allaitant français. Entre dégoût des producteurs, lassés de plusieurs années de prix au ras des pâquerettes pour certaines catégories de gros bovins, cessations d’activité et préférence souvent donnée au labourage et non au pâturage dans les territoires où les conversions de surface sont encore possibles, le cheptel allaitant français évolue. Même si le phénomène gagnerait à être analysé sur un plus grand intervalle de temps, les réorientations de cheptels laitiers vers des cheptels allaitants, en particulier dans le Massif central, expliquent pour partie la progression des effectifs Limousin et Aubrac. La mauvaise année climatique 2016 avec des mois de mai et juin particulièrement humides dans certaines régions, en particulier le grand quart Nord-Est du pays, s’est souvent traduite par des performances de reproduction bien médiocres pour les vaches mises à la reproduction à compter de la mise à l’herbe 2016. La mauvaise qualité des fourrages récoltés ce même printemps n’a pas amélioré les choses. Cela explique pour partie le recul du nombre de naissances entre 2016 et 2017.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Le point le plus important concernant les producteurs bio dans la nouvelle PAC est la conditionnalité des aides et les BCAE renforcées.
La PAC 2023 favorise-t-elle la viande bovine bio ?
Pour certains éleveurs bio, la nouvelle PAC sera peut-être synonyme de perte d’aides. Malgré tout, la dernière version du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande