Aller au contenu principal

Les ventes de Lanaud passent à l’heure du 100% numérique

Faute de pouvoir rassembler les acheteurs dans le grand ring de la station de Lanaud, Interlim va opter les 10 et 11 juin prochain pour une vente entièrement en ligne des taureaux de la quatrième série de la campagne 2019/2020. Le numérique arrive en force dans les ventes de reproducteurs allaitants !

Pour la campagne 2019/2020, les ventes des trois premières séries de taureaux limousins évalués à la station nationale de qualification de Lanaud ont pu avoir lieu dans de bonnes conditions, avant l’arrivée du covid 19. La vente de la quatrième série est planifiée les 10 et 11 juin prochain pour respectivement les 48 taureaux qualifiés « Espoirs » et les 51 taureaux qualifiés « RJ » complétés par 12 génisses. Compte tenu de ces dates, il ne sera donc pas possible de rassembler comme à l’accoutumée les acheteurs sur les gradins en bois tout autour du grand ring de Lanaud. Dans ce contexte un peu particulier, les organisateurs de cette vente ont donc décidé de mettre en place une vente aux enchères qui se déroulera entièrement en ligne. Un dispositif ambitieux, disponible sur tous les supports numériques (ordinateurs, tablettes et smartphones) a été mis en place. Il permettra aux acheteurs français comme internationaux d’enchérir à distance pour acquérir certains des meilleurs représentants de la génétique Limousine française sans pour autant avoir à se déplacer.

S’inspirer de ce qui est pratiqué pour les chevaux de course

« On s’est inspiré de ce qui est déjà réalisé pour des ventes en ligne de yearling pur-sang, trotteur ou A.Q.P.S. et en particulier de ce qui est proposé par Osarus, une agence de vente indépendante de chevaux de course. » précise Olivier Rambert, responsable commercial d’Interlim, la structure en charge -entre autres- de la commercialisation des jeunes taureaux évalués à la station de Lanaud. La vente sera donc totalement numérique. Les acheteurs potentiels comme les organisateurs seront devant leur écran et auront la possibilité de faire monter les enchères par tranche de 100 € d’un simple clic.

Des vidéos de chaque taureau ont été réalisées ces derniers jours dans le grand ring en bois de la station. Elles viennent compléter les informations déjà classiquement disponibles (origines, résultats de l’évaluation en station, niveau de l’évaluation génomique, photo) et sont en ligne sur le site de l’Organisme de Sélection de la Limousine.

Morphologie et qualité des aplombs

S’il est possible d’acheter des chevaux de course pour lesquels la morphologie et la qualité des aplombs sont oh combien plus importants que pour un taureau de saillie avec des niveaux d’enchères qui le plus souvent ne sont pas comparables, il doit pouvoir en être même pour de jeunes taureaux. Pour la vente à proprement parler, un site internet a été créé et développé pour l’occasion. « Il permettra d’enchérir pour chaque jeune reproducteur, avec un ordre de passage et dans un temps imparti, pour une vente dématérialisée qui se déroulera exactement comme les ventes habituelles proposées dans le ring. » expliquent les organisateurs sachant que bien entendu, les équipes du Pôle de Lanaud se tiendront au téléphone à la disposition des éleveurs pour les accompagner en cas de difficulté avec l’outil informatique.

Un gros travail de préparation en amont

« Cela nous a demandé un gros travail de préparation en amont. Pour les ventes des prochaines campagnes, il est encore difficile de dire si cet outil de vente à distance sera maintenu. On va déjà faire en sorte que cette première puisse se dérouler dans de bonnes conditions ! Mais il faut aller de l’avant. Nous sommes tous face à une situation totalement nouvelle. Moi-même je vais devoir animer la vente en parlant devant un écran, sans public et sans les taureaux devant moi ! » souligne Olivier Rambert. « Pour autant à l’avenir notre objectif demeure bien entendu de retrouver les quelques 300 à 400 personnes dans le ring de Lanaud, avec toute la convivialité post-vente qui va avec ! Mais pourquoi pas associer dans le futur la vente en ligne pour tous les acheteurs intéressés qui n’ont pas la possibilité de se déplacer. »

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande