Aller au contenu principal

Les grands principes lors de la pose de clôture

Une bonne clôture électrique fixe passe par le respect de quelques données clé. Les déçus sont souvent des éleveurs mal conseillés ou qui n’ont pas posé leur clôture dans les règles.

 

1- Départ de ligne

Il faut du costaud sans mégoter sur la qualité des matériaux, surtout si on met plus d’une rangée de fil. Un pieu d’acacia d’un bon 30 cm de diamètre enfoncé à plus d’un mètre est une bonne solution.

Autre possibilité : les traverses de chemin de fer, les poteaux EDF en béton, voire les glissières d’autoroute. Ces dernières ont l’inconvénient d’être plus longues à poser et de moins bien s’intégrer dans le paysage.

2- Coin argentin

Une autre manière efficace de réaliser des départs de lignes est de faire des ponts argentins qui permettent de répartir les forces dans les extrémités et dans les angles ou changements de direction. Un coin argentin est composé de deux poteaux (le poteau tête de ligne proprement dit et un poteau de renforcement), liés entre eux par une jambe de force et un câble « tirant ».

3- Ressort et tendeur

Les ressorts de tension posés à intervalles réguliers permettent de tamponner les variations de tension sur le fil et les pieux de départ de ligne, en particulier en cas de chute d’arbres ou de branches et contribuent à « assouplir » la clôture lors des variations de température.

4- Des nœuds clé à connaître

Quelques nœuds clé sont à connaître pour effectuer la pose des fils et des isolateurs dans de bonnes conditions. Les revendeurs de matériel proposent parfois des formations pour se lancer avec les meilleures garanties.

5- Fil en acier

Pour des clôtures permanentes, il est conseillé d’utiliser un fil en acier robuste de 2,5 mm de diamètre avec une épaisse couche de zingage. Il permet d’allier conductibilité électrique et solidité mécanique. Les jonctions de clôture vissées avec raccords galvanisés permettent une bonne conduction. Attention : la rouille est un isolant !

6- Passage sous la terre pour les barrières

Pour assurer une bonne continuité du passage du courant des deux côtés d’une entrée de parcelle, il est plus que conseillé d’utiliser un câble doublement isolé que l’on enterre à environ 40 cm sous le passage de la porte.

7- Passage canadien en fil

Pour se faciliter le travail au quotidien (visite de surveillance, affourragement ponctuel, remplissage des nourrisseurs), il est possible de réaliser un « passage canadien électrifié » avec plusieurs rangées de fil tendues à 20 cm au-dessus du sol. Une solution qui fonctionne bien mais nécessite un parfait entretien de la végétation permise par la chimie ou une bâche posée sur le sol.

8- Le véritable passage canadien

La solution la plus durable pour aller et venir dans la pâture sans avoir à passer son temps à descendre et remonter du tracteur ou de la voiture.

9- Protection de ruisseaux et fossés

Deux fils le long d’un ruisseau ou d’un fossé permettent d’éviter d’avoir des animaux qui abîment un fossé ou les berges d’un cours d’eau en allant patouiller puis déféquer.

10- Entretien

Pas de clôture électrique en bon état de fonctionnement sans entretien régulier de la végétation. Les contacts avec la ronce et autres ligneux finissent par se traduire par de fortes pertes de tension et expliquent souvent, pour partie, certaines déceptions vis-à-vis de ce type de clôture qui perd forcément son efficacité quand les fils sont noyés dans la végétation.

 

Des tutoriels sur internet

De nombreux petits films réalisés par des fabricants ou des revendeurs de matériel de clôture sont visibles sur internet. Il suffit d’aller sur youtube et taper le nom de ces derniers pour pouvoir les visionner. Ils permettent en particulier d’éviter certaines erreurs au moment de la pose des fils.

 
Aurélien Legrand, responsable commercial Farago Creuse

Aurélien Legrand, responsable commercial Farago Creuse

« Une bonne clôture, c’est un tout »

« Autrefois, les postes étaient souvent sous-dimensionnés par rapport aux besoins. Maintenant, c’est souvent l’inverse. Certains éleveurs se disent que même si leur fil est de petit diamètre et pas forcément très bon conducteur car rouillé ou ayant de nombreux contacts avec la végétation, il leur suffit d’opter pour un poste puissant pour compenser les pertes. Ce n’est pas le bon calcul. Une bonne clôture électrique, c’est un tout. Il faut bien entendu un bon électrificateur, mais les fils doivent avoir été posés en respectant certaines règles. La qualité de la prise de terre, des jonctions au niveau des raccords, la conception des barrières (notamment leur visibilité et lisibilité par les animaux), le choix des piquets de coin ou de bout de ligne… autant d’éléments qui vont déterminer la qualité, le niveau de suivi nécessaire et la longévité de la clôture mise en place. C’est pour cela que Farago Creuse a réalisé une formation spécifique de l’ensemble de ses techniciens afin qu’ils puissent transmettre ce savoir aux éleveurs intéressés. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande