Aller au contenu principal

Les Digifermes accompagnent l’agriculture connectée

Arvalis a décidé d’aider les agriculteurs utilisateurs du numérique dans la mise en œuvre de nouvelles technologies, en créant le label Digifermes pour tester les outils connectés en conditions réelles.

ferme expérimentale Arvalis à Saint-Hilaire-en-Woëvre
© Arvalis Institut du végétal

Le label Digifermes est attribué aux stations expérimentales qui évaluent des technologies numériques innovantes, en lien avec des entreprises de l’agroéquipement et de la gestion digitale des données. Il permet une évaluation par le biais de protocoles robustes, fiables et transversaux afin de proposer des innovations numériques porteuses de compétitivité, de respect de l’environnement et d’amélioration des conditions d’exercice du métier (bien-être et sécurité au travail). Il a été lancé par Arvalis en 2015 avec deux fermes : une à Boigneville dans l’Essonne dédiée aux grandes cultures, l’autre à Saint-Hilaire-en-Woëvre en Lorraine avec une production bovins viande. En 2017, le label a élargi son partenariat avec l’intégration de l’Institut de l’élevage, de l’Institut technique de la betterave, de Terres Inovia et de l’Acta. Aujourd’hui, le réseau des Digifermes compte 13 fermes, dont une spécialisée en bovins viande, la ferme expérimentale des Établières en Vendée.

De nombreuses thématiques abordées

À travers quatre thématiques d’expérimentation (engraissement des jeunes bovins et des femelles, conduite alimentaire – recherche d’autonomie, conduite du troupeau-comportement – bien-être animal et pâturage – production de fourrages), la ferme des Établières teste « la production et la consommation d’électricité en temps réel, la gestion des données, le tableau de bord, des équipements connectés tels que pont-bascule, pesée avec lecture de boucles électroniques…, mesure de la valeur de l’herbe avec satellite, herbomètre et station météo. On suit également l’abreuvement en bâtiments et au pâturage, via des abreuvoirs volumétriques et des capteurs connectés sur le réseau mais aussi le pilotage de la reproduction avec des outils connectés. Ainsi, grâce à partenariat avec Gènes diffusion, on éprouve par exemple des colliers connectés afin de mesurer l’activité des animaux et suivre leur comportement (reproduction, ingestion, repos, santé…). Les données recueillies serviront dans le programme génomique Valoris 38 et nous permettront d’élaborer des recommandations pratiques, à partir de l’étude zootechnique permise. D’autres recherches sont envisagées par le biais de ces colliers, comme la précocité sexuelle des génisses, le comportement du couple mère-veau ou encore le bien-être animal et la gestion de la santé des différentes catégories animales », explique Sophie Valance, responsable de la Digiferme des Établières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande