Aller au contenu principal

Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000 vaches, soit une baisse de 7,8 %. Et ce n’est guère mieux pour le troupeau laitier qui recule de 7,3 % (- 270 000 vaches). Pour 2022, la sécheresse en cours risque d’aggraver la tendance, au moins dans les départements les plus concernés par le déficit fourrager.

Les chiffres des sept premiers mois de l’année préfigurent ce qui était prévisible compte tenu du déficit hydrique de ces derniers mois. « Au 1er août, le nombre de vaches allaitantes présentes en France était en recul de 3,1 % /2021, contre -3 % au 1er juin ou - 2,7 % au 1er janvier », explique l’Institut de l’élevage dans son dernier bulletin mensuel de conjoncture.

La tendance est similaire pour les laitières dont le nombre était en chute de 1,8 % /2021 au 1er août, contre - 1,3 % au 1er juin. Ce recul des effectifs commence à se traduire par une baisse des disponibilités pour les abatteurs. Jusqu’en 2020, la décapitalisation n’avait pas eu de gros impacts du côté des volumes abattus. En effet, elle se traduisait par un gonflement des sorties alimenté justement par la réduction ou la suppression des cheptels.

Les tonnages abattus en 2020 avaient été très similaires aux chiffres de 2017. Mais depuis deux ans, la situation évolue rapidement. En 2021, les tonnages abattus avaient reculé de 1 %. Depuis le début de l’année ce recul avoisine 4,5 % et cette évolution ne concerne pas que la France. Elle s’étend à d’autres pays européens où peu à peu l’élevage bovin recule pour laisser sa place à d’autres activités financièrement plus attractives.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande