Aller au contenu principal

Les cours de la viande bovine ne semblent pas affectés chez nos voisins britanniques et irlandais

Après les inquiétudes liées au Brexit et au Covid-19 les cours de la viande bovine se redressent au Royaume-Uni et continuent leur progression en Irlande.

Les perturbations de décembre ont provoqué un reflux des cotations au Royaume-Uni. En décembre, le commerce de viande bovine en Irlande a été dynamique et la demande est restée soutenue.
© Source: Institut de l'élevage - Tendances

Depuis la réouverture de la frontière entre le Royaume-Uni et la France le 23 décembre 2020 (fermeture des frontières liée à la découverte d’un nouveau variant du coronavirus le 21 décembre) et l’entrée en vigueur de l’accord commercial sans droit de douane suite au Brexit, les cotations des réformes britanniques sont reparties à la hausse (+ 1,8 centime en semaine 52 et + 10 centimes en semaine 53). Toutefois, « le reconfinement total jusqu’à la mi-février, annoncé par Boris Johnson, incluant la fermeture des écoles, pourrait avoir des effets sur le marché britannique de la viande bovine », lit-on dans le dernier Tendances de l’Institut de l’élevage. Les abattages de gros bovins sont restés limités sur les quatre dernières semaines de 2020, à l’exception de ceux de génisses restés stables.

En octobre 2020, la balance commerciale britannique s’est à nouveau dégradée. La forte chute des exportations de viande bovine (- 15 %) étant liée à la contraction depuis mars du marché européen de la restauration, principale destination sur le continent de la viande britannique. « Les ventes extra-UE ont en revanche poursuivi leur développement, initié dès 2017, en préparation du Brexit. Le Royaume-Uni multiplie les négociations et la signature de divers accords. Fin décembre, il avait ainsi signé ou appliqué une soixantaine d’accords commerciaux. A court mais aussi et surtout à moyen terme, ces derniers accords pourraient entraîner une concurrence supplémentaire pour la viande bovine de l’UE et notamment d’Irlande sur le marché britannique. »

 

Irlande, des cotations et exportations dynamiques

En Irlande, les cotations sont restées relativement soutenues en décembre du fait des fêtes de fin d’année, des bonnes performances de la consommation domestique et de l’export et ce, malgré les perturbations dues au coronavirus. Les hausses de prix de décembre ont concerné toutes les catégories. En semaine 51, la vache O cotait 2,93 €/kg de carcasse (+12% /2019 et +9% /2018). « Les abattages de gros bovins (+2% /2019 en cumul) comme de vaches (+ 5%) ont été en hausse sur l’année 2020, d’après l’indicateur hebdomadaire du Ministère de l’agriculture. »

Depuis janvier, le secteur irlandais de l’abattage et de la transformation est par ailleurs éligible à un nouveau plan d’aide aux entreprises de l’agroalimentaire, de 100 millions d’euros, pour faire face aux menaces du Brexit. « En attendant, en octobre dernier et d’après Bord Bia, les exportations irlandaises de viande bovine réfrigérée et congelée avaient à nouveau été dynamiques à 52 300 téc, en hausse par rapport à un automne 2019 affecté par le blocage d’abattoirs (+2% /2019). Sur les 10 premiers mois de l’année, le retard lié notamment à la pandémie a été partiellement comblé (-2% /2019 et +4% /2018). »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande