Aller au contenu principal

Les charges de mécanisation sont devenues le premier poste de dépenses dans les élevages bovins viande

D’après une analyse des coûts de production des élevages bovins viande des Pays de la Loire et Deux-Sèvres, la mécanisation est devenue la principale charge et explique les écarts de rémunération.

Graphique : Les différents postes de charges des 1 450 élevages allaitants analysés - Coûts de production des élevages bio naisseurs engraisseurs de boeufs,avec la ...
© Source : chambres d’agriculture des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres

Les chambres d’agriculture des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres, avec Seenovia et Bovins croissance Sèvre Vendée, ont analysé les coûts de production de 1 450 élevages allaitants. La méthode Couprod a été appliquée aux données 2018, 2019 et 2020 de 332 naisseurs, 437 naisseurs engraisseurs et 143 élevages bio de différents systèmes, en races charolaise, limousine, blonde d’Aquitaine, parthenaise et rouge des prés. « L’analyse montre que l’atelier viande peut dégager une rémunération de 2 Smic par UMO », rapporte Christophe Grosbois, chargé de mission filière viande bovine à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. La rémunération est supérieure pour les naisseurs engraisseurs, qui dégagent en moyenne 1,44 Smic/UMO, que pour les naisseurs, qui dégagent 1,06 Smic/UMO. « Les systèmes qui finissent les mâles sont plus rémunérateurs », note l’expert.

Le coût de production explique les écarts de rémunération

Un focus a été fait sur trois systèmes pour identifier les variables expliquant les écarts de rémunération permise. L’analyse des coûts de production de 110 élevages naisseurs en race charolaise a montré que ce système permet une rémunération moyenne de 0,90 Smic/UMO. Et au-delà du travail, qui représente un coût de 118 €/100 kgvv sur 424 €/100 kgvv de charges totales, la mécanisation représente le premier poste de charges, avec 104 €/100 kgvv (90 €/100 kgvv pour le quart supérieur). 

La mécanisation explique 27 % des écarts de rémunération, suivie de l’approvisionnement des surfaces (14 %). Chez les 82 naisseurs engraisseurs de blondes d’Aquitaine, la rémunération permise est en moyenne de 1,54 Smic/UMO. Là encore, ce sont les charges de mécanisation qui pèsent le plus lourd, avec 108 €/100 kgvv (106 € pour le quart supérieur) sur un total de 445 €/100 kgvv. Les principales variables expliquant les écarts de rémunération sont l’aliment acheté pour 16 %, puis la mécanisation pour 9 %.

Chez les 31 naisseurs engraisseurs de bœufs charolais en bio, la rémunération permise s’établit à 2,17 Smic/UMO. La mécanisation est le premier poste de charge, avec 115 €/100 kgvv (86 € pour le 1/4 supérieur), sur un total de 458 €/100 kgvv. Et la mécanisation explique ici 34 % des écarts de rémunération permise. « Alors que dans nos précédentes enquêtes, l’aliment acheté était le premier élément expliquant les écarts de rémunération des élevages allaitants, c’est aujourd’hui la mécanisation qui pèse le plus. Ce poste est la première ou la deuxième variable explicative des écarts de rémunération », souligne Christophe Grosbois. Une seconde étude est en cours, pour croiser les coûts de production et les diagnostics Cap’2ER. « L’objectif est de voir si les systèmes les plus rentables sont aussi ou non les plus vertueux pour l’environnement », précise Christophe Grosbois.

Lire aussi notre dossier complet : Optimiser ses charges de mécanisation

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande