Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les bouchers donnent priorité aux femelles allaitantes

graph origine de la viande bovine vendue en boucherie traditionnelle en 2017
origine de la viande bovine vendue en boucherie traditionnelle en 2017

Il y a en France environ 18 000 boucheries artisanales, si on s’en tient aux chiffres de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT). D’après des données synthétisées par l’Institut de l’élevage, elles ont commercialisé en 2017, quelque 147 000 tonnes équivalent carcasse (tec), soit 11 % du total de la viande bovine (1,311 million de tec) consommée en France cette même année. La particularité des artisans bouchers est de s’approvisionner pour les trois quarts de leurs besoins avec des animaux issus du cheptel allaitant en donnant souvent priorité à la race communément présente dans leur région.

Pour autant, la part des importations (17 %) n’est pas négligeable. Elle concerne pour partie des boucheries situées en zones frontalières. Selon leur localisation (Nord, côte d’azur…), elles peuvent donner leur préférence à des carcasses achetées en Belgique (Blanc Bleu) ou en Italie (Piémontaise). L’importation concerne également souvent des viandes issues de races anglo-saxonnes dont la bonne renommée - ou l’effet de mode - incite des bouchers souvent situés dans de grandes agglomérations à bon pouvoir d’achat, à les inclure dans leur offre.

Dix-neuf pour cent des approvisionnements sont le fait de taurillons, pour la plupart destinés aux boucheries halal. Un circuit dont on peine à mesurer l’évolution numérique dans la mesure où la CFBCT ne dispose pas de statistiques précises. Dans bien des agglomérations, lorsqu’elles sont reprises, les boucheries artisanales "non confessionnelles" deviennent souvent halal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande