Aller au contenu principal

Le revenu des élevages allaitants toujours insuffisant sur la période 2019-2021

L’observatoire de l’endettement et des trésoreries des élevages bovins montre que la situation financière était toujours aussi difficile pour les élevages allaitants sur la période 2019-2021.

© S.Bourgeois - archives

L’Institut de l’Elevage, en collaboration avec les centres comptables AS BFC, CerFrance Alliance Massif-Central, Cogedis et GIE Entr’AS analyse les résultats économiques d’élevages bovins viande répartis sur trois zones : Grand-Ouest, Cantal (zone « montagne ») et Saône-et-Loire (zone allaitante « historique »).

Les résultats des années 2019 à 2021 pour 568 élevages en clôture comptable dite d’hiver - d’octobre à décembre - viennent d’être livrés. Ils portent donc partiellement sur la période de hausse globale des charges de matières premières alimentaires, énergétiques, mécaniques… qui a été initiée début 2021.

« Quelle que soit la zone, le revenu disponible des élevages allaitants demeurait insuffisant sur cette période», montre cette étude. Il atteignait 15 800 euros annuels par UTH familiale en moyenne sur toutes les zones, en variant entre 11 000 à 18 000 euros. "Les prélèvements privés restaient plus que restreints, à 14 500 euros/UTH en moyenne sans que cela ne permette de dégager de marge de sécurité suffisante."

Et ceci malgré une légère amélioration de la situation : entre 2019 et 2021, le produit brut a globalement progressé dans les trois zones sur l’échantillon d’exploitations étudié, notamment sous l’effet de la hausse du produit bovin et du produit cultures. Les charges sont elles aussi en hausse sur cette période, notamment celles de structure, mais l’EBE augmentait (+27 euros/UGB dans le Grand-Ouest, +7 euros/UGB dans le bassin allaitant et +20 euros / UGB en montagne). Le revenu disponible par UTH familiale progressait légèrement sur les trois zones sur cette période.

© Observatoire de l'endettement et des trésoreries

 

Au bilan, plus de la moitié des exploitations de l’échantillon sont peu endettées, mais 15 % d’entre elles sont en situation critique (endettées à long et moyen terme et avec une trésorerie négative). Sur la région Grand-Ouest, c’est même le cas de 29 % des exploitations.

« Pour ces exploitations en difficulté, encore plus que pour les autres, les impacts des sécheresses de 2018, 2019 et 2020, cumulées entraînent toujours des conséquences techniques, économiques et financières malgré la récolte fourragère quantitative de 2021. »

© Observatoire de l'endettement et des trésoreries

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande