Aller au contenu principal

« Le réseau relationnel, c’est essentiel »

Jean-Paul Boyer est négociant en bestiaux dans l’Aveyron. Il baigne dans le milieu depuis son enfance, a le métier chevillé au corps et en est un ardent défenseur.

Fils de marchand de bestiaux, j’ai été imprégné par le métier dès que j’ai eu l’âge de marcher. Jeune, je suivais mon père dans les fermes et sur les foires. J’étais tout gamin, mais je me souviens comme si c’était hier de centaines de paires de bœufs de travail alignées sur les champs de foire, au moment où arrivait la mécanisation.

L’école de la vie

J’ai acheté ma première bête à 10 ans et demi. J’étais très fier avec mon carnet de tickets et mon stylo. C’était une génisse de 16 mois qui était… pleine. Mon père a été sans pitié : « Tu l’as achetée, tu la vendras, je ne veux rien savoir. » J’ai perdu 40 francs que j’ai pris sur mes maigres économies. C’était l’école de la vie et c’est ce jour où j’ai appris à assumer mes paroles et mes actes. La deuxième bête, c’était un veau culard. Il a gagné 700 francs.

Rebelle

J’ai quitté l’école à 16 ans. J’étais un peu rebelle. J’ai travaillé avec mon père, mais on n’avait pas la même vision des choses. À 19 ans, un négociant de l’Aveyron m’a pris en stage pour un mois. J’y suis resté dix ans. Je sillonnais la France, du dimanche soir au samedi soir.

Guerrier

Je me suis mis à mon compte en 1991 avec l’idée d’innover, d’aller chercher de nouveaux marchés. J’étais assez guerrier pour ça. Je suis un passionné de race Aubrac. J’en ai vendu en Guyane française et en ex-RDA, peu de temps après la chute du mur de Berlin. J’ai fourni la moitié des génisses qui sont parties en Russie, en relation avec mon ancien patron. J’ai expédié des animaux dans 19 pays.

Kazakhstan

L’exportation de 345 Aubrac au Kazakhstan reste un moment important dans ma carrière. C’est une fierté personnelle d’avoir pu vendre des Aubrac en Asie malgré beaucoup de peaux de banane et la complexité d’une opération qui a demandé six mois de travail intense.

Le réseau

Pour ouvrir des portes, il faut s’appuyer sur le travail des éleveurs, sur un produit qui tient la route et sur le relationnel. Un bon réseau de relations est essentiel dans notre métier. Des opérations comme le Kazakhstan, ça ne se fait pas par Internet mais par le « on m’a dit que… » !

Hors-bord

Je suis un petit entrepreneur, atypique. Nous sommes cinq à six personnes. Mais, je suis comme un hors-bord face à des paquebots. Je prends beaucoup d’éclaboussures, je suis facilement distancé parce qu’il n’y a pas les mêmes chevaux sous le capot. Mais je mets moins de temps à virer de bord quand une tempête est annoncée. Mais, il faut être partout, aux achats, à l’expédition, à l’administratif… C’est prenant mais tellement motivant.

Labeur

Ce n’est pas le labeur qui use mais ce qui entrave le labeur, à savoir les distorsions de concurrence avec de l’argent public dépensé à tort et à travers dans des structures qui n’ont jamais rien prouvé ou encore le mille-feuilles administratif et ses nombreuses incohérences.

Tempérament

J’ai un foutu tempérament. J’ai l’habitude de dire ce que je pense et je ne supporte pas l’injustice. Parfois, ça dérange. Mais, je suis ainsi.

Terrain de foot

Le marché de Laissac est mon terrain de foot. Quand j’ai acheté 200 bêtes, je suis aussi heureux qu’un joueur qui a marqué un but ou un essai dans un match de rugby.

Bonne bête

Une bonne bête, c’est celle qui gagne de l’argent. Cela ne m’empêche pas d’y être très attaché. Dans ma ferme, je vais vêler une centaine de vaches.

Des professionnels

Les paysans ne doivent pas se tromper de cible. Tant qu’il y aura des commerçants professionnels, qui ouvrent des portes, trouvent des marchés, ils pourront tenir la tête hors de l’eau. Les producteurs de porcs, intégrés depuis quarante ans, sont-ils mieux aujourd’hui ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande