Aller au contenu principal

Le premier champion Bien naître de Moulins

La finale nationale des concours charolais s’est déroulée début décembre à Moulins, comme le veut la tradition.

Prisé des sélectionneurs, le jugement consiste à attribuer des super prix d’honneur par catégorie aux champions des différents concours organisés dans les départements où la charolaise est très présente. Quarante-sept élevages exposants issus de 18 départements ont présenté les animaux. La nouveauté de l’édition 2021 était de réserver une place pour les mâles de l’année des sections Bien naître. Une évolution destinée à accompagner la catégorie Grands raceurs correspondant aux animaux de grand format à fort développement et bonnes qualités de race correspondant au seul schéma existant jusque-là. Cette catégorie Bien naître répond aux attentes d’éleveurs à la recherche de taureaux offrant un maximum de garanties côté facilité d’élevage. Elle est ouverte à des veaux dont l’Ifnais (père + mère)/2 est supérieur ou égal à 95 et issus d’une mère dont l’ISU est supérieur ou égal à 100. Une troisième catégorie — celle des Trophées viande — a été testée cet automne avec succès sur le seul concours de Charolles. Elle correspond à des mâles de l’année très marqués dans la viande, prédisposés pour faire naître les animaux classiquement présentés dans les concours d’animaux de boucherie ou utilisés en croisement.

Généraliser ces trois catégories en 2022

« Tous les éleveurs ne se sont pas encore forcément bien approprié ces trois catégories. Ce n’est que la première année de mise en place », souligne Sébastien Cluzel, président du herd-book charolais. Tous les acheteurs potentiels ne sont pas non plus encore forcément bien au courant de cette volonté de scinder les animaux par catégories selon leurs prédispositions. La volonté est de poursuivre les efforts de vulgarisation déjà entrepris avec l’ambition de généraliser à compter de l’an prochain ces trois catégories à tous les concours incluant des sections de veaux de l’année. « Le fait d’avoir eu à Moulins dans la catégorie Bien naître, un veau champion correspondant parfaitement au type morphologique que l’on souhaite mettre en avant a été un atout pour faire passer ce message auprès de nos adhérents. Cerise sur le gâteau, ce futur taureau est porteur du gène sans cornes ! », poursuit Sébastien Cluzel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande