Aller au contenu principal

Le contrat Herbopack se développe

Depuis environ un an, les coopératives lorraines EMC2, CAL et Lorca proposent aux éleveurs de Prim’holstein des contrats, dénommés Herbopack, avec Charal pour l’engraissement à l’herbe de bœufs ou génisses de races laitières croisés de 20 à 30 mois. Le croisement peut être réalisé avec un taureau hereford, mais aussi vosgien, et depuis peu angus. Les animaux doivent atteindre un état d’engraissement de 3, et fournir une carcasse de 260 à 350 kilos conformée P+ à O+. Une plus-value de 0,30 euro par kilo est garantie à l’éleveur par rapport au paiement d’un bœuf laitier de 34 mois de 320 kilos de carcasse (0,40 euro par rapport à un bœuf léger). La contractualisation est engagée dès l’insémination. « Par rapport à un bœuf laitier traditionnel, on produit 55 kilos de carcasse en moins, mais cela nécessite 30 % de surfaces de prairies en moins. Avec la plus-value sur le prix, la marge sur coût alimentaire est améliorée de plus de 100 euros par animal », détaille Mathieu Kimenau, d’EMC2 Elevage.

La viande est commercialisée en emballage individuel avec 21 jours de conservation. « C’est une offre qui intéresse les éleveurs laitiers, et qui permet de proposer aux consommateurs une viande produite à l’herbe et aussi pratique à préparer qu’un steak haché », explique Julien Tisserand, de CAL.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande