Aller au contenu principal

[Salon de l'agriculture 2020] Le Concours général agricole a 150 ans

Les concours de reproducteurs des races allaitantes se répartissent sur la durée du Salon de l'agriculture, du 22 février au 1er mars à Paris, avec en ouverture le premier dimanche la Charolaise. Cette année, un concours expérimental de boeufs gras label rouge en race Gasconne des Pyrénées est organisé dans le cadre du 150ème anniversaire du Concours général agricole.

logo médaille or concours général agricole
© Concours général agricole

Le Concours général agricole fête cette année ses 150 ans. Créé en 1870, le concours des animaux reproducteurs organisé par race est le plus ancien. Le plus récent est le concours des pratiques agroécologiques qui comprend la catégorie "prairies et parcours" et la catégorie - nouvelle cette année - "agroforesterie".

Le planning des concours des races allaitantes est similaire à celui de l'année dernière, avec la Charolaise qui ouvre le bal le premier dimanche, créneau favorisant la couverture médiatique de l'évènement à destination du grand public. Dans l'ordre chronologique on trouve :

- Charolaise : dimanche 23 février, grand ring, de 11 h à 14 h

- Aubrac : mercredi 26 février, grand ring, de 14h30 à 16h30 h

- Salers : mercredi 26 février, grand ring, de 16h30 à 18h30 h

- Blanc Bleu : jeudi 27 février, ring de présentation, de 11h30 à 13 h

- Limousine : jeudi 27 février, grand ring, de 10 h à 13h30

- Blonde d'Aquitaine : jeudi 27 février, grand ring, de 14 h à 17 h

- Parthenaise : vendredi 28 février, grand ring, de 10 h à 12h30

- Rouge des Prés : vendredi 28 février, grand ring, de 15h30 à 17h30

Cette année, un concours expérimental de boeufs gras label rouge en race Gasconne des Pyrénées est organisé. Il se déroulera le lundi 24 février sur le ring de présentation, de 10h à 10h30.

Hors concours général, la vente aux enchères de limousines label rouge est programmée ce même jour le lundi 24 février de 15 h à 17h. La vente aux enchères de blondes d'Aquitaine suivra, de 17h à 19 h au même endroit.

Comme les années précédentes, le concours de jugement des animaux par les jeunes et le trophée national des lycées agricoles placeront en situation professionnelle la nouvelle génération.

Le Concours général agricole s’offrira pour l’occasion de son 150ème anniversaire un stand dans le hall 4. Y participeront au total 3053 animaux, 850 jeunes finalistes des lycées agricoles et 11 000 jurés qui dégusteront 23 000 produits et vins.

 

150 ans d'histoire de Poissy à Porte de Versailles

La première exposition universelle d'agriculture a été organisée par Napoléon III en 1855, avec le premier concours universel d'animaux reproducteurs au Palais de l'industrie sur les Champs-Elysées. En 1868, le concours national d'animaux de boucherie de Poissy a été transféré à la Porte de Villepinte, puis en 1870 il a été rebaptisé Concours Général Agricole et transféré au Palais de l'Industrie. Le ministère de l'agriculture a été créé en 1881 et le concours lui a alors été rattaché. Le concours général agricole a été suspendu de 1939 à 1950. C'est en 1963, qu'à l'initiative d'Edgar Pisani, ministre de l'Agriculture, a été créé le Ceneca (centre national des expositions et concours agricoles) qui devient copropriétaire du Concours général agricole avec le Ministère de l'agriculture et installe le Salon de l'agriculture Porte de Versailles.

 

Lire aussi :

Salon de l'agriculture 2020 : "notre vache est sur l'affiche"

Visiteurs au SIA en 2019

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande