Aller au contenu principal

Jean-Luc Angot, inspecteur général de santé publique vétérinaire
Le Comité national d’éthique dessine l’abattoir de demain

Le Conseil national de l’alimentation a adopté en février un avis sur la bientraitance animale à l’abattoir. C’est le fruit des 18 mois de travail du Comité national d’éthique des abattoirs (CNEAb), instance qui réunit tous les acteurs concernés.

Jean-Luc Angot, inspecteur général de santé publique vétérinaire, ministère de l'Agriculture, et président du CNEAb. Le comité national d’éthique des abattoirs a été mis en place suite à la commission d’enquête parlementaire de 2016. Il réunit des membres du Conseil national de l’alimentation, des professionnels du secteur, des associations de protection animale, des vétérinaires, des représentants des cultes et des chercheurs (sociologues, juristes, philosophes…).
© P. Xicluna/ministère de l'Agriculture

Comment fonctionne le Comité national d’éthique des abattoirs ?

Jean-Luc Angot - "De septembre 2017 à janvier 2019, des débats ont été organisés. Ils ont permis de partager un socle commun de connaissances. Les membres se sentent chacun partie prenante, ils ont appris à se connaître et à échanger des arguments. Un processus de maturation des positions s’est opéré. Le sujet étant tellement sensible, la coconstruction est la seule méthode possible pour arriver à définir des recommandations. L’avis 82 du Conseil national de l’alimentation est un point d’étape. Les travaux doivent se poursuivre pour une évolution harmonieuse des pratiques. La pérennisation du CNEAb est d’ailleurs en bonne voie."

Les recommandations du CNEAb visent à renforcer les bonnes pratiques. Est-ce suffisant ?

J.-L. A - "Il est apparu au sein du CNEAb qu’il n’y a pas nécessité à faire évoluer la réglementation, d’autant plus que la Loi agriculture et alimentation apporte des nouveautés (sanctions renforcées, expérimentations des caméras et de l’abattoir mobile) et que la réglementation européenne est déjà relativement fournie. De la même façon que le « paquet hygiène » depuis 2006 responsabilise les professionnels sur la sécurité sanitaire, il s’agit d’en faire autant pour la bientraitance animale à l’abattoir.

Le CNEAb encourage ainsi les initiatives de grilles d’évaluation de la bientraitance en abattoir par les professionnels, en collaboration avec des associations de protection animale. Cela peut prendre la forme d’autocontrôle et/ou de contrôle par un organisme tiers. L’important est que chaque abattoir définisse sa stratégie, qui sera ainsi adaptée à son établissement. Celle-ci peut prendre la forme d’un étiquetage sur le produit. Il faut cependant harmoniser le tout avec un référentiel unique pour plus de lisibilité au niveau du consommateur."

Que recommande le CNEAb pour l’amélioration de l’efficacité des contrôles officiels ?

J.-L. A - "Chaque service vétérinaire d’inspection en abattoir devrait conduire une réflexion pour optimiser les temps de présence des contrôleurs officiels sur les différents postes et proposer, sous réserve de moyens, une évolution de ce temps de présence en ante mortem en pourcentage de temps de travail. Plus généralement, le CNEAb recommande d’augmenter les effectifs pour renforcer la présence des contrôleurs vétérinaires en ante mortem. Les petits abattoirs sont particulièrement exposés au manque d’effectif. À moyens constants de l’État, ces recrutements doivent être financés par la redevance sanitaire d’abattage. Dans l’attente de nouveaux recrutements, il pourra être envisagé de mener une réflexion sur la répartition des effectifs des services 'sécurité sanitaire des aliments' et 'services de protection animale' des DD (CS) PP."

Comment renforcer la position du responsable protection animale ?

J.-L. A - "Les travaux du CNEAb montrent que le rôle du responsable protection animale doit être réaffirmé, et son statut légalement défini sur le même modèle que celui des délégués du personnel afin de protéger l’indépendance de sa mission. Il doit aussi être intégré dans un réseau au niveau national, géré par les fédérations professionnelles, avec un représentant national du réseau désigné. La possibilité d’un signalement direct par un salarié à un tiers (administration…) doit aussi être organisée."

Que recommande le CNEAb pour améliorer les conditions de travail des salariés dans les abattoirs ?

J.-L. A - "Des améliorations techniques dans certains abattoirs ont permis de soulager les opérateurs des gestes les plus difficiles et les plus répétitifs. Ce type de démarche doit être généralisé et approfondi : réduction du temps de travail, pause, protections, réductions des cadences de travail et de la pénibilité, rotation régulière sur les postes sur la base du volontariat, développement d’outils innovants, tels que l’ergonomie sur les postes et les exosquelettes, formation adéquate pour l’ensemble des personnels concernés. Par ailleurs, il est nécessaire de proposer un suivi psychologique et/ou une cellule d’écoute pour les salariés volontaires."

 

Retrouvez l’avis 82 du Conseil national de l’alimentation C’est un document assez épais, qui retrace les consensus et les dissensus du comité. Douze points clés faisant l’objet d’un consensus sont mis en avant.

La co-construction est la pièce maîtresse de ce dispositif

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande