Aller au contenu principal

Le campagnol terrestre dévaste le Massif central

Un nouveau pic de pullulation de campagnols terrestres se profile pour le printemps prochain. Cinq ans après le précédent et après plusieurs sécheresses, l’inquiétude est forte.

Fin décembre, la neige a recouvert toutes les hauteurs du Massif central de son blanc manteau. Quoi de plus normal en cette saison ! Mais quand elle fondra, beaucoup s’attendent au pire car elle a recouvert d’innombrables prairies dévastées par les campagnols terrestres à l’automne. Et ce n’est pas la neige qui va empêcher le rat taupier — comme on le nomme plus souvent — de "travailler" Bien au contraire. Les mêmes mots reviennent chez tous nos interlocuteurs : « très inquiétant », « très préoccupant » « alarmant »… Après celui de 2015-2016, un violent pic de pullulation est redouté au printemps prochain. Les premiers signes d’une montée en puissance des populations étaient apparus dès l’hiver dernier mais sans véritable explosion. La sécheresse estivale a mis un frein aux instincts fouisseurs des campagnols mais ne les a pas empêchés de poursuivre discrètement leur reproduction.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande